Une peinture de Maella et un buste de J.-B. II Lemoyne pour le LACMA Contenu abonnés


JPEG - 91.5 ko
Mariano Salvador Maella (1739-1819)
Saint François d’Assise
recevant les stigmates
, 1787
Huile sur toile - 161 x 92 cm
Los Angeles, County Museum of Art
Photo : Galerie Terrades
Voir l'image dans sa page

1/03/12 - Acquisition - Los Angeles, County Museum of Art - En attendant de poursuivre notre point complet sur les acquisitions du LACMA, nous pouvons tout au moins annoncer les plus récentes. Le musée vient en effet d’acheter à Paris deux œuvres du XVIIIe siècle : un tableau de Mariano Salvador Maella, Saint François recevant les stigmates, à la galerie Terrades et un buste de Jean Restout par Jean-Baptiste II Lemoyne, à la galerie Jean-François Heim.
Le Saint François de Maella est le ricordo d’une des peintures commandées par Charles III pour les autels de l’église de la Torrecilla à Casa de Campo : en 1787, le roi demanda en effet au peintre de représenter L’Immaculée Conception, saint Antoine de Padoue et saint François d’Assise. Ces trois toiles se trouvent aujourd’hui au musée municipal de Madrid, tandis que le Musée Cerralbo conserve une esquisse préparatoire de Saint François. Fort de son succès, le peintre réalisa ensuite une seconde version de l’ensemble, de dimensions plus réduites.
Le LACMA conserve une autre œuvre de Mariano Salvador Maella, Saint Julien, évêque de Cuenca, probablement un modello pour un autre retable madrilène. Le peintre reçut en effet de nombreuses commandes et sa carrière fut ponctuée de succès. Nommé pintor de cámara en 1774, il devint directeur de l’Académie de San Fernando en 1795 avant d’être nommé Premier Peintre du roi en 1799, charge qu’il partagea avec Goya. Cependant, après l’occupation française et le retour de Ferdinand VII, il fut considéré afrancesado et mis de côté.

En prière sur le mont Alverne, François contemple à genoux un séraphin de feu, qui prend l’apparence de Jésus sur la croix. Le saint, extatique, reçoit alors les stigmates du Christ. Une nuée de chérubins roses anime le ciel tandis que frère Léon…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : La halle Freyssinet est sauvée

Article suivant dans Brèves : Une terre cuite de Sergel au musée de Stockholm