Une peinture de Balla acquise par le Kröller-Müller


JPEG - 190.8 ko
Giacomo Balla (1871-1957)
Forme rumore di motocicletta , 1913-1914
Huile et gouache sur papier - 73 x 101 cm
Otterlo, Kröller-Müller Museum
Photo : Kröller-Müller Museum

4/2/14 - Acquisition - Otterlo, Kröller-Müller Museum - A quoi ressemblent les pétarades d’une moto ? Giacomo Balla a tenté de les traduire à l’huile et à la gouache sur une feuille grand format. Intitulée Forme rumore di motocicletta, l’œuvre a récemment été acquise par le Kröller-Müller auprès d’un collectionneur privé pour la somme de 2,8 millions d’euros, financée avec l’aide de la BankGiro Lottery, la Rembrandt Association, Fonds REAAL SNS, la VSB Fundation et la Mondriaan Fundation.
Elle a été réalisée vers 1913, soit trois ans après le manifeste des peintres futuristes que Balla signa en même temps que Boccioni, Carrá, Russolo et Severini en 1910 à Milan. Célèbre pour sa Fillette courant sur le balcon, peinte en 1912, l’artiste n’utilise plus pour le tableau du Kröller-Müller la touche divisionniste et ne cherche plus à décomposer le mouvement, mais à rendre compte de la vitesse et du bruit, à en retranscrire l’effet sensoriel. Pour ce faire, il s’éloigne de la figuration et favorise des formes abstraites. Un tourbillon de lignes circulaires sombres se détache de grandes plages de verts et d’ocres évoquant le cadre d’un parc. Quelques éléments suggèrent bien évidemment la moto : les traces des pneus crantés, la chaîne, et ce qui semble être des étincelles de métal qui pourraient incarner les coups de moteur ou du tuyau d’échappement.
Dans les années 1912-1913 Balla travailla beaucoup sur la vitesse, reprenant notamment le motif de l’automobile de course dans plusieurs œuvres (au MomA ou à Civica Galleria d’arte moderna, Milan), dans des compositions presque abstraites. La notion de bruit se retrouve en outre dans Vitesse abstraite, bruit (1913, Venise, fond. Guggenheim.) ou encore Vitesse d’une automobile + lumière + bruit (1913, Zurich, Kunsthaus).

Cette huile et gouache sur papier vient compléter la collection du Kröller- Müller qui possède déjà Volo di rondini (1913) de Giacomo Balla et la sculpture Forme uniche della continuità nello spazio (1913) d’Umberto Boccioni, ainsi que des prêts à long terme d’œuvres de Gino Severini.

English version


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, mardi 4 février 2014





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : La Belle Ferronnière de Léonard de Vinci bientôt envoyée à Abou-Dhabi

Article suivant dans Brèves : Deux tableaux troubadours acquis par Bourg-en-Bresse