Une initiative originale pour sauver le château de Paluel


JPEG - 120 ko
1. Château de Paluel
Saint-Vincent-le-Paluel
Photo : Adopte un château
Voir l'image dans sa page

28/8/17 - Patrimoine - Saint-Vincent-le-Paluel, château de Paluel - Devant les difficultés que connaît le patrimoine historique français, trop souvent négligé par les pouvoirs publics, certains ont de la volonté, et des idées. C’est ainsi que l’association « Adopte un château », créée il y a deux ans, se propose comme son nom l’indique d’impliquer tous les Français dans la sauvegarde et la protection de châteaux en péril. Aux côtés des associations de protection qui mettent les collectivités territoriales et l’État devant leurs responsabilités et qui n’hésitent pas à faire des procès pour que la loi soit respectée, aux côtés des journalistes spécialisés qui alertent l’opinion sur les menaces qui pèsent sur les monuments historiques, il y a ceux, particuliers ou associations, qui ont choisi de prendre en charge directement la restauration des monuments. « Adopte un château », qui mène déjà de nombreuses recherches de fonds pour la restauration de monuments historiques, vient d’imaginer une nouvelle solution pour sauver un château-fort en péril : lancer une souscription dont l’objectif est de l’acheter lors de sa vente aux enchères qui aura lieu le 21 septembre.

Le délai est donc très court puisqu’il y a à peine 24 jours pour réunir les 500 000 € recherchés. Le château et les terres qui l’entourent sont en effet mis en vente avec une mise à prix de 250 000 €. Si la souscription est réussie, et si le château peut être acquis, chaque souscripteur deviendra propriétaire, via la création d’une SAS (société par action simplifiée), d’une part du château. La forme de SAS a été préférée à celle de SCI (société civile immobilière) car elle n’engage la responsabilité des souscripteurs que pour le montant de leur souscription.
Le but n’est pas simplement d’acheter le château, il est de le sauver, de le restaurer et de lui trouver une nouvelle utilisation. Gageons que dans ce cas, cela ne devrait pas être trop compliqué. Le château de Paluel - c’est son vrai nom, situé en Périgord Noir sur la commune de Saint-Vincent-le-Paluel, est en effet celui de Jean Gabin dans le film Le Tatoué, également avec Louis de Funès ! Et on constate malheureusement dans les photographies que son état n’est guère meilleur que celui que l’on pouvait voir dans le film.



Construit au XVe siècle sur l’emplacement d’un édifice du XIIIe siècle, le château est inscrit monument historique depuis 19271. La base de données du ministère décrit ainsi ce château : « Il se compose d’un corps de logis flanqué de deux tours d’angle de part et d’autre de la tour d’escalier placée au centre du logis. Derrière ce bâtiment, et relié à lui par un étroit passage, un donjon rectangulaire du 12e siècle complète l’ensemble. Des mâchicoulis couronnent les tours et le corps de logis. Le donjon a conservé ses mâchicoulis de bois avec remplissage de torchis. Le château est entouré d’une enceinte de courtines. »
Nous ne le connaissons que par les photos (et le film). Il est évident qu’il s’agit d’un château remarquable, qui mériterait amplement d’être classé, et dont le sauvetage et la restauration s’imposent. Il paraît que les Français s’intéressent au patrimoine. Voilà une belle occasion de tester cette passion : pour 50 € seulement (ou plus s’il le souhaite), chaque souscripteur participera directement à la renaissance de cet édifice tout en en devenant co-propriétaire. Une fois le château acheté et la société créée, celle-ci fonctionnera démocratiquement, avec un conseil d’administration élu et une assemblée générale annuelle. Il est probable qu’une association locale sera créée afin d’animer le site.


JPEG - 457.9 ko
2. Château de Paluel
Saint-Vincent-le-Paluel
Photo : Adopte un château
Voir l'image dans sa page
JPEG - 245.1 ko
3. Château de Paluel
Saint-Vincent-le-Paluel
Photo : Adopte un château
Voir l'image dans sa page

Nous encourageons tous les lecteurs de La Tribune de l’Art à participer à cette aventure. L’idéal serait même de dépasser les 500 000 €, d’une part car acheter un bien aux enchères est toujours aléatoire (ce montant pourrait être dépassé) ensuite pour donner davantage de moyens à la restauration du château. Vous avez jusqu’au 24 septembre pour devenir châtelain en participant sur le site de financement participatif dédié au patrimoine Dartagnans.


Didier Rykner, lundi 28 août 2017


Notes

1Et non classé, comme le dit l’annonce de la vente et comme on le lit un peu partout.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Trois Cogniet pour Orléans

Article suivant dans Brèves : Un tableau de Courbet reparaît, légué au Canton du Jura