Une grisaille de la Contre-Réforme vient d’être restaurée au Louvre Contenu abonnés


JPEG - 61.7 ko
Ecole lombarde
Christ au jardin des oliviers, vers 1580-1600
Grisaille sur cuivre - 110 x 80 cm
Paris, Musée du Louvre
Voir l'image dans sa page

24/11/03 - Restauration - Paris, Musée du Louvre - Acheté en 1822 par la Maison du Roi, sous Louis XVIII, comme Beccafumi, dans un lot de 13 tableaux, le Christ au jardin des oliviers, devenu totalement illisible à cause des vernis anciens, avait été classé au rebut. Il fut sauvé in-extremis après la guerre par Sylvie Béguin, alors que des ouvriers du musée s’apprêtaient à le transformer en présentoir. L’œuvre vient d’être raccrochée dans la Grande Galerie1, après dix ans d’une longue et minutieuse restauration.
La taille du support de cuivre, de plus d’un mètre, et sa technique en pointillés sont exceptionnelles2, ce qui explique la durée…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Acquisitions récentes de la National Gallery of Art de Washington

Article suivant dans Brèves : Un tableau de Claude Vignon déposé au Musée départemental de l’Oise à Beauvais