Une exposition de préfiguration de la Chancellerie d’Orléans Contenu abonnés


16/9/15 - Patrimoine - Chancellerie d’Orléans - Plus de quatre ans après la signature, entre le ministère de la Culture et le World Monument Fund, d’une convention pour le remontage des décors de la Chancellerie d’Orléans dans l’hôtel de Rohan-Strasbourg, les travaux vont enfin commencer. Cela peut paraître long, mais ce n’est finalement rien après le siècle ou presque qui s’est écoulé depuis la destruction par la Banque de France en 1923. Nous avions rappelé cette histoire triste et édifiante dans une brève du 14/7/11.


JPEG - 60.2 ko
1. Pièce du rez-de-chaussée de
l’hôtel de Rohan-Strasbourg où
sera remontée le grand Salon
État actuel
Photo : Didier Rykner

Pour marquer cette nouvelle étape, les Archives nationales présentent à l’hôtel de Soubise, dans la salle des Gardes, une exposition petite mais à ne pas manquer où sont montrés quelques éléments de ce décor, certains ayant déjà fait l’objet d’une restauration. Cette présentation est courte (puisqu’elle se terminera dans quatre jours, le 20 septembre), mais une partie des œuvres sera encore à nouveau montrée dans une pièce adjacente, la salle d’Assemblée. Ceux qui ne pourront pas s’y rendre d’ici dimanche auront donc l’occasion de se rattraper ensuite, l’inauguration des décors remontés étant prévue dans un peu moins de trois ans, au premier semestre 2018.


JPEG - 311.9 ko
2. Louis Jean-Jacques Durameau (1733-1796)
Le Lever de l’Aurore, fragment de décor pour la
Chambre à coucher de la Chancellerie d’Orléans, 1769
Huile sur plâtre
Photo : Didier Rykner
JPEG - 454.7 ko
3. Augustin Pajou (1730-1809)
L’Air ou Borée enlevant Orythie, 1767
Plâtre stuqué et doré
Décor du grand Salon de la Chancellerie d’Orléans
Photo : Didier Rykner

JPEG - 444.5 ko
4. Augustin Pajou (1730-1809)
Groupe de Putti pour la Salle à Manger
de la Chancellerie d’Orléans
Plâtre doré
Photo : Didier Rykner

Quatre pièces sont concernées. Fort heureusement, la disposition du rez-de-chaussée de l’hôtel de Rohan-Strasbourg, qui ne conserve plus aucun décor (à la différence du premier étage),…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Des travaux sur les musées parisiens

Article suivant dans Brèves : Deux nouvelles acquisitions pour Stockholm