Une esquisse de la Crucifixion par Flandrin acquise par Lyon Contenu abonnés


18/3/18 - Acquisition - Lyon, Musée des Beaux-Arts - Le décor d’Hippolyte Flandrin à l’église Saint-Germain-des-Prés est une des entreprises majeures de la peinture religieuses du XIXe siècle. Dans les années 1970, il se trouvait pourtant encore des élus assez incultes pour oser proposer de « rendre l’église romane à sa pureté originale ». Le député du VIe s’appelait Pierre Bas et il voulait tout simplement effacer Flandrin de l’église, un projet heureusement jamais mené à bien.
Malgré l’abandon des édifices religieux de la capitale par la Mairie de Paris, le mécénat du fonds de dotation pour le rayonnement de Saint-Germain-des-Prés est en train de sauver cette œuvre exceptionnelle et après la restauration du chœur (voir cet article) et celle du transept (voir la brève du 22/12/17), le…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Plusieurs expositions dans des galeries parisiennes

Article suivant dans Brèves : Quelques ventes aux enchères à Paris

Publicité Annonce Artcurial