Une aquarelle d’Eugène Lami acquise par le Musée Condé grâce à un mécène


JPEG - 351.4 ko
1. Eugène Lami (1800-1890)
Une soirée chez le duc d’Orléans au pavillon de Marsan
Aquarelle et gouache - 21 x 32,5 cm
Chantilly, Musée Condé
Photo : Galerie Terrades
Voir l'image dans sa page

29/3/18 - Acquisitions - Chantilly, Musée Condé - C’est grâce à un mécène qui souhaite rester anonyme que le Musée Condé vient de s’enrichir d’une superbe aquarelle d’Eugène Lami (ill. 1) achetée au dernier Salon du Dessin auprès de la galerie Terrades. L’œuvre représente Une soirée chez le duc d’Orléans au pavillon de Marsan. L’artiste, en hommage à Ferdinand-Philippe, fils de Louis-Philippe, réalisa peu après son décès tragique dans un accident le 13 juillet 1842 trois aquarelles représentant le même sujet, où l’on peut voir le Salon des Aides de camp, également appelé le Salon des Antiquités, de l’appartement que le duc d’Orléans occupait aux Tuileries au rez-de-chaussée du pavillon de Marsan (aujourd’hui le Musée des Arts décoratifs.
Une grande aquarelle, très aboutie, avait été acquise par le Musée du Louvre en septembre 2015 chez Sotheby’s (voir la brève du 29/9/15). Celle-ci est en quelque sorte son étude préparatoire. La troisième, de plus petite taille et présentant quelques variantes, avait été réalisée comme modèle d’une gravure pour le livre de Jules Janin Un hiver à Paris.

Dans cette œuvre acquise pour le Musée Condé, on reconnaît quelques-uns des tableaux et des meubles appartenant à Ferdinand, qui fut un grand collectionneur1. À droite, on retrouve deux armoires d’André-Charles Boulle aujourd’hui au Musée du Louvre. Parmi les tableaux, on voit deux peintures d’Ary Scheffer : le Giaour (Musée d’Art et d’Histoire de la ville de Luxembourg) et Médora (localisation actuelle inconnue). Deux œuvres sont à peine identifiables ici mais le sont sur l’aquarelle du Louvre : il s’agit de La Tentation de saint Antoine par Adolphe Brune (localisation actuelle inconnue) et Intérieur du couvent dominicain à Madrid (Philadelphia Museum of Art). Le caractère d’esquisse de cette aquarelle rend difficile l’identification des personnages. On remarque cependant le prince Ferdinand-Philippe, en uniforme, debout devant la cheminée, et son épouse, Hélène de Mecklembourg-Schwerin, assise dans le fauteuil face au spectateur.

L’achat de cette œuvre se justifie à la fois par l’histoire du Musée Condé et par son actualité. Le duc d’Aumale, frère de Ferdinand, acquit de nombreuses œuvres de sa collection que l’on peut voir aujourd’hui dans le fonds du musée. Les appartements privés du duc et de la duchesse d’Aumale, décorés par Eugène Lami, sont actuellement en cours de restauration et rouvriront en mars 2019. Enfin, au même moment, sera organisée à Chantilly une exposition de dessins d’Eugène Lami, la première jamais consacrée à cet artiste.


JPEG - 213.4 ko
2. Manufacture nationale de Sèvres
Service d’Alger du duc d’Aumale
Bateau navette
Porcelaine
Tasse à thé et soucoupe
Porcelaine
Chantilly, Musée Condé
Photo : SVV Coutau-Bégarie
Voir l'image dans sa page
JPEG - 213.6 ko
3. Manufacture nationale de Sèvres
Service d’Alger du duc d’Aumale
Saladier coupe
Porcelaine - diamètre : 27 cm
Pot à décoction
Porcelaine - H. 23,5 cm
Chantilly, Musée Condé
Photo : SVV Osenat
Voir l'image dans sa page

JPEG - 156.3 ko
4. Manufacture nationale de Sèvres
Service de Bourbon-Condé
Assiette à potage
Porcelaine
Chantilly, Musée Condé
Voir l'image dans sa page

Si le Musée Condé, propriété de l’Institut de France, ne dispose d’aucun budget d’acquisition, il parvient néanmoins, de temps à autres, à enrichir ses collections grâce à sa société des Amis et à la générosité de donateurs privés. Cette politique, menée par Nicole Garnier, s’est développée encore davantage depuis l’arrivée à ses côtés d’un jeune et brillant conservateur, Mathieu Deldicque, qui suit avec attention le marché de l’art. Le musée a pu notamment acheter récemment deux soucoupes de tasses à thé et deux patelles à glace en porcelaine de Sèvres provenant du servie d’Alger du duc d’Aumale. Ces œuvres, signalées par Alban Duparc, attaché de conservation au château d’Eu, et vendues par l’association Emmaüs (!) sont venues rejoindre d’autres pièces de ce même service : deux assiettes données par Alexis de Kermel ; un « bateau navette 1829 » (c’est-à-dire un ravier) et une tasse à thé munie de sa soucoupe, préemptés chez Coutau-Bégarie le 16 novembre 2015 (ill. 2), et un « saladier coupe » et un pot à décoction acquis chez Osenat à Fontainebleau le 10 avril 2016 (ill. 3).
Deux assiettes d’un autre service du duc d’Aumale ont été par ailleurs offertes en 2015 par Alain Roger-Ravily, qui a également donné en 2017 une assiette à potage au chiffre Bourbon-Condé (ill. 4), provenant du service en porcelaine de Paris commandé en 1819 par le duc de Bourbon auprès de Feuillet pour son château de Saint-Leu.


JPEG - 229.2 ko
5. Manufacture de Pigory
Vase, époque Empire
Porcelaine dure de Chantilly - 54,7 x 25 cm
Chantilly, Musée Condé
Photo : SVV Audap Mirabaud
Voir l'image dans sa page
JPEG - 377.5 ko
6. Manufacture de Pigory
Vase, époque Empire
Porcelaine dure de Chantilly - 54,7 x 25 cm
Chantilly, Musée Condé
Photo : SVV Audap Mirabaud
Voir l'image dans sa page

Enfin, le Musée Condé a préempté chez Audap-Mirabeau le 30 juin 2017, pour 1000 € hors frais et grâce à la participation des Amis de Chantilly un grand vase de la manufacture Pigory à Chantilly (ill. 5 et 6). Cette manufacture est issue de celle de porcelaine dure de Chantilly qui fut reprise en 1803 par Claude François Pigory.


Didier Rykner, jeudi 29 mars 2018


Notes

1Une exposition sur ce sujet fut organisée en 1993 dans deux mairies parisiennes (Le mécénat du duc d’Orléans).





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un tableau de Zurbarán acquis par la Fondation Bemberg

Article suivant dans Brèves : Un bronze de Rombouts Pauwels découvert à l’hôtel Drouot

Publicité Annonce Artcurial