Une aquarelle d’Ary Scheffer pour le Musée de la Vie Romantique


JPEG - 400.7 ko

13/1/16 - Acquisition - Paris, Musée de la Vie Romantique - Avant de prendre le nom de Musée de la Vie Romantique, ce lieu parisien s’appelait Musée Renan-Scheffer. Il s’agit en effet de l’ancienne maison et des deux ateliers du peintre Ary Scheffer dont l’œuvre y est désormais bien représentée après de nombreuses acquisitions effectuées depuis sa création.

C’est une aquarelle de cet artiste que le musée vient d’acheter auprès de la galerie Talabardon & Gautier. Celle-ci représente une scène tirée du poème intitulé Der Taucher (Le plongeur) de Friedrich Schiller publié en 1797 dans la revue L’Almanach des Muses. Cette poésie fut traduite en 1830 par Gérard de Nerval et c’est de cette traduction que Scheffer s’est probablement inspiré. Dans le même recueil publié par Nerval se trouve une autre ballade allemande, de Bürger cette fois, Lenore ou les morts vont vite, qui l’inspira également pour une peinture.

Un roi jette une coupe d’or dans un gouffre marin et met au défi « chevalier [ou] vassal » de plonger dans les éléments déchainés pour la ramener, promettant à celui qui réussira cet exploit d’emporter l’objet précieux. Un jeune page décide de tenter l’exploit et le réussit. Le roi renchérit alors et promet au page d’être fait chevalier et d’épouser sa fille s’il renouvelle cette prouesse. Hélas, le jeune homme se noie et ne reviendra pas.
L’aquarelle montre le roi, sa fille et leurs sujets penchés sur un rocher au dessus de la mer déchaînée, attendant de voir si le plongeur remonte. On ne sait s’il s’agit ici de la première ou de la seconde tentative, ce qui ajoute une incertitude à la scène.

Les dessins d’Ary Scheffer sont rares dans les collections publiques françaises, ce qui vient renforcer l’intérêt et l’importance pour le musée de cette aquarelle au sujet et au traitement si romantique.


Didier Rykner, mercredi 13 janvier 2016





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Deux dessins par Delaroche et Flandrin pour le Musée des Beaux-Arts de Lyon

Article suivant dans Brèves : Deux Bonnard offerts au Cannet