Un Vuillard de plus pour Orsay


JPEG - 118.7 ko
Édouard Vuillard,
Le Déjeuner en famille ou Déjeuner Hessel, 1899,
Huile sur carton - 58,2 x 91,8 cm
Paris, Musée d’Orsay
Photo : RMN-GP/ Patrice Schmidt
Musée d’Orsay

16/11/16 - Acquisition - Paris, Musée d’Orsay - Décidément, les Nabis sont à l’honneur au Musée d’Orsay... Après les donations Hays et Marcie-Rivière (voir les brèves du 22/10/16 et du 29/1/11), voici que Lucie Kléné lègue un Déjeuner de Vuillard. De quoi alimenter le très virtuel (pour l’instant au moins) « centre d’études sur les Nabis » dont Guy Cogeval devrait prendre la direction (voir l’article).

Lucie Kléné aurait laissé Guy Cogeval choisir parmi huit peintures, au sein de sa collection, de Bonnard et de Vuillard ; c’est finalement le Déjeuner en famille que celui-ci a retenu et qui en rejoindra un autre plus tardif du maître, Déjeuner du matin (1903). C’est un thème récurrent dans son œuvre, prétexte à saisir l’intimité domestique d’un intérieur envahi par des objets qui se distinguent à peine les uns des autres, peints dans des harmonies de couleurs proches. Le tableau d’Orsay joue sur cet effet décoratif qu’on rapproche souvent de l’art de la tapisserie : l’une des nappes forme au centre de la composition un triangle blanc et rouge qui tranche avec les tons ocres, beiges et noirs de la scène. Les personnages quant à eux semblent se fondre dans le papier peint. Vuillard a représenté sa mère, sa sœur Marie, sa nièce la petite Annette, et son beau-frère, le peintre Ker-Xavier Roussel qui lit son journal. Les tableaux accrochés sur les murs sont une mise en abîme de la peinture, formant comme une « fenêtre sur le monde. »

Lucie Kléné est la fille adoptive de Jos et de Lucie Hessel qui furent les amis et mécènes de Vuillard. Jos Hessel était marchand, collectionneur, chroniqueur, sa femme fut le modèle et la maîtresse du peintre. On la retrouve à Orsay dans plusieurs tableaux comme La Visite chez Madame Hessel (vers 1905), une œuvre offerte par Jean-Pierre Marcie-Rivière.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, mercredi 16 novembre 2016





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Une Allégorie de Charles Landelle acquise par Blois

Article suivant dans Brèves : Une Pietà de Botticini restaurée