Un tableau donné à Chardin retiré de vente à l’hôtel Drouot Contenu abonnés


2/6/04 – Marché de l’art – Paris, Hôtel Drouot – Le retrait de la vente du 3 juin, à l’Hôtel Drouot (Eve, SVV), du tableau donné à Chardin et très médiatisé ces dernières semaines, Le singe antiquaire, n’est pas une surprise pour ceux qui avaient pu le voir exposé aux Temps Forts de Drouot Montaigne. Celui-ci est en effet de très faible qualité et, à en croire le catalogue, sa « technique et [sa] touche [...] sont inhabituelles dans l’œuvre de Chardin » ce dont on ne voit pas en quoi cela pourrait constituer un critère d’authenticité.
La presse, qui fait ses choux-gras de ce retrait, écrit que le tableau avait été catalogué dans Tout l’œuvre peint par Pierre Rosenberg sous le n° 95a (sous-entendu : celui-ci s’est trompé). Or, ce numéro correspond à la gravure d’un tableau perdu depuis…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Les département des sculptures, objets d’art et arts graphiques du Musée du Louvre auront bientôt de nouveaux responsables

Article suivant dans Brèves : Préemption par le Musée de Cluny de deux sculptures de l’école Bourguignonne du début du XVe siècle