Un tableau disparu du Louvre retrouvé dans une vente aux enchères


JPEG - 65.8 ko
France, vers 1580 ?
Henri III au pied du Christ en croix
Huile sur papier marouflée
sur panneau - 20,5 x 13,5 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : SVV Ader

14/10/14 - Redécouverte - Paris, Musée du Louvre - C’est d’abord par Facebook que nous avons appris aujourd’hui, via Pierre-Gilles Girault, conservateur au château de Blois (qui va prendre la semaine prochaine la direction du Monastère royal de Brou) qu’un petit tableau français de la fin du XVIe siècle venait d’être identifié par lui comme appartenant au Louvre dans une vente prévue vendredi prochain à l’hôtel Drouot .
Il s’agit d’une huile sur papier marouflée sur panneau, représentant Henri III au pied du Christ en croix. Pierre-Gilles Girault avait été commissaire en 2010 d’une exposition à Blois consacrée à ce roi1, et avait depuis conservé une alerte sur le site Interenchères sur le nom « Henri III ».

C’est ainsi qu’il fut informé la semaine dernière de la vente de ce tableau, par la SVV Ader, estimé pour la modique somme de 400 à 600 €. Envisageant son acquisition par Blois, il s’aperçut cependant que la composition était identique à celle d’un tableau du Louvre qu’il avait souhaité emprunter pour son exposition. Mais cette œuvre avait disparu dans des conditions obscures avant la Seconde guerre mondiale comme en témoignent les différents catalogues publiés depuis et n’était connue que par la photographie. Il pensa d’abord qu’il pouvait s’agir d’une copie, mais contacta le département des peintures du Louvre qui lui indiqua qu’il pouvait s’agir de leur tableau. Un conservateur a pu aujourd’hui examiner le panneau, ce qui a permis de confirmer qu’il s’agissait sans aucun doute de l’œuvre disparue (les accidents, notamment, sont les mêmes). La SVV, dont la bonne foi n’est pas en cause, l’a immédiatement retiré et il devrait être rapidement restitué au musée.
Il est difficile de donner pour l’instant un nom à l’artiste qui l’a peint. Mais depuis sa disparition, les connaissances sur la peinture française de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle ont fortement progressé. Il est possible que cette œuvre à l’iconographie rare puisse un jour prochain, après son légitime propriétaire, retrouver son auteur.

Identification via internet, divulgation de celle-ci via internet et, désormais, publication dans la foulée sur notre site internet. Nouvelle confirmation, s’il le fallait, de la puissance de cet outil...


Didier Rykner, mardi 14 octobre 2014


Notes

1« Fêtes et Crimes à la Renaissance : La Cour d’Henri III ».





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : ISF sur les œuvres d’art : un cauchemar récurrent

Article suivant dans Brèves : Un tableau d’Heinrich Hofmann pour un musée mormon