Un tableau de Rubens de retour in situ après 240 ans


10/6/17 - Restauration et acquisition - Anvers, église Saint-Charles-Borromée - Un tableau de Rubens, Le Retour de la sainte Famille d’Égypte (ill. 1), qui avait quitté son emplacement d’origine, un autel de l’église Saint-Charles-Borromée à Anvers, y retournera le 23 juin prochain 240 ans plus tard.


JPEG - 355.3 ko
1. Pierre-Paul Rubens (1577-1640) et atelier
Le retour de la sainte Famille
d’Égypte
, 1620-1625 (avant restauration)
Huile sur toile (transposée
d’un panneau) - 259 x 177 cm
Anvers, église Saint-Charles-Borromée
Photo : Lempertz
Voir l'image dans sa page
JPEG - 1.7 Mo
2. Le retour de la sainte Famille d’Égypte
en cours de restauration dans les ateliers
de l’Institut Royal du Patrimoine Artistique
à Bruxelles
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Si cela n’est déjà pas banal, les pérégrinations de l’œuvre rendent l’affaire encore plus extraordinaire. En 1718, l’église fut victime d’un incendie qui détruisit les plafonds peints par Rubens et endommagea ce panneau qui fut alors transposé sur toile. En 1773, les Jésuites sont expulsés et les œuvres de l’église dispersées. Le Retour d’Égypte est vendu aux enchères en 1777, puis passe dans différentes collections privées. En 1871, il est acheté par le Metropolitan Museum qui finit par le reléguer en réserves. Le musée new yorkais le revend le 5 juin 1980 chez Christie’s comme « école de Rubens ». Passée aux enchères à Cologne chez Lempertz le 19 novembre 2011 pour 181 500 €, cette fois comme « atelier de Rubens », il a pu être acquis à cette vente par la fabrique de l’église Saint-Charles-Borromée grâce à un héritage qu’elle a reçu.
Le tableau, dont la restauration se termine à l’Institut Royal du Patrimoine Artistique de Bruxelles (ill. 2), sera remis en place à son emplacement d’origine, l’autel de la chapelle Saint-Joseph, le 23 juin prochain. La toile qui l’avait remplacé, une œuvre de Gérard Seghers représentant le même sujet, sera accrochée ailleurs dans l’église.

Pour une fois, une opération de « deaccessionning » aura donc eu du bon, même si en se séparant de ce tableau, le Metropolitan Museum s’est privé d’une œuvre faisant partie de son histoire, et a vendu comme « école de Rubens » ce qui est aujourd’hui reconnu comme du maître avec la participation de l’atelier. On peut en effet se réjouir que ce tableau retrouve enfin son exact emplacement d’origine.


Didier Rykner, samedi 10 juin 2017





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : The Grosvenor Museum acquiert un portrait de Lady Rocksavage par Charles Sims

Article suivant dans Brèves : Une esquisse de la Charité de Laemlein achetée par la Piscine de Roubaix