Un tableau de Louis Ducis offert à Montréal


JPEG - 153.6 ko
Louis Ducis (1775-1847)
Le Tasse lisant à la princesse Léonore
un épisode de
La Jérusalem délivrée, vers 1822
Huile sur toile - 52,5 x 42 cm
Montréal, Musée des Beaux-Arts
Photo : Michel Descours

29/5/15 - Acquisition - Montréal, Musée des Beaux-Arts - Épris de la princesse Eléonore d’Este, Le Tasse lui lit un épisode de La Jérusalem délivrée. Il se tient debout devant elle, adossé à une colonne, les jambes croisées, légèrement penché, une main sur la poitrine, il met du cœur à la lecture, tandis qu’elle l’écoute et l’observe, tout en cachant son visage derrière un voile léger peut-être pour ne pas montrer son émotion. Ce tableau de Louis Ducis a été offert par le marchand lyonnais Michel Descours au Musée des Beaux-Arts de Montréal en hommage à Liliane Stewart décédée l’année dernière, et à son mari David (mort en 1884), qui furent des piliers du musée canadien, au point de lui léguer une partie de leur collection de design et d’arts décoratifs.

Neveu du dramaturge Jean-François Ducis et beau-frère du tragédien François-Joseph Talma, Jean-Louis Ducis fut à la fois un portraitiste renommé qui compta parmi ses modèles Napoléon, Joséphine ou Caroline Murat, mais aussi un peintre d’histoire. En effet, cet élève de David fut, comme Fleury Richard, une figure du style troubadour, cette œuvre en témoigne.
Entre 1812 et 1819, il peignit quatre tableaux sur la vie du Tasse : au Salon de 1812, il présenta Le poète chez sa sœur Cornélia, puis au Salon de 1814 Le Tasse lisant ses vers à la princesse Léonore - toile qui fut achetée par Joséphine ou par la reine Hortense, on ne sait, et qui se trouve aujourd’hui au musée Napoléon dans le canton suisse de Thurgovie -, ainsi que Le Tasse en prison. Enfin, en 1819, il achevait La Mort du poète au couvent de Saint-Onurphe.
En 1822, il reprit la composition du Tasse lisant ses vers à Léonore [sic] pour incarner la Poésie dans une série consacrée aux « Arts sous l’empire de l’Amour » : Van Dyck symbolisait la Peinture, Propertia de Rossi la Sculpture, tandis que Marie Stuart joue de la musique avec David Rizzio. Le Musée de Lyon a présenté des aquatintes d’après ces peintures de Ducis dans son exposition « Réinventer l’histoire » (voir l’article).
Le peintre fit des répliques réduites de cette série, présentées dans un même cadre, pour la duchesse de Berry et il n’est pas impossible, comme le suggère la notice de la Galerie Descours, que le tableau de Montréal ait fait partie de cet ensemble.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, lundi 1er juin 2015





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un tableau d’Alma-Tadema acquis par Leeuwarden, au Pays-Bas

Article suivant dans Brèves : Un modello de Girodet acquis par la Maison de Chateaubriand, qui lance une souscription