Un tableau de Lionel Walden offert au Musée des Beaux-Arts de Quimper


JPEG - 281.3 ko
Lionel Walden (1861-1933)
La Vague, 1908
Huile sur toile - 53 x 72 cm
Quimper, Musée des Beaux-Arts
Photo : D. R.

21/12/14 - Acquisition - Quimper, Musée des Beaux-Arts - Le Musée des Beaux-Arts de Quimper vient de recevoir en don d’Élisabeth Willmott et Jean-David Jumeau-Lafond, en mémoire de Jean et Jacqueline Jumeau-Lafond, un superbe tableau de Lionel Walden, La Vague.

Artiste d’origine américaine, né à Norwich, dans le Connecticut, Walden vint à Paris pour étudier avec Carolus-Duran. Si l’on excepte un long séjour en Angleterre, entre 1893 et 1897, et des voyages à Hawaï, après 1910, il passa l’essentiel de sa vie en France où il exposa régulièrement au Salon des Artistes Français.
Walden se spécialisa essentiellement dans la peinture de paysage marin (ports, plages, pêcheurs au bord de la mer...) mais il est également l’auteur de scènes de la vie industrielle, notamment à Cardiff, comme en témoigne un tableau conservé au Musée d’Orsay Les docks de Cardiff acquis par l’État directement auprès de l’artiste en 1896 pour être présenté au Musée du Luxembourg.

Walden vint à plusieurs reprises en Bretagne et c’est là qu’il peignit La Vague dont le titre et le sujet rappellent évidemment Courbet. Le style, néanmoins, n’a que peu à voir avec ce dernier. Il est d’ailleurs difficile à définir et montre que la peinture de la fin du XIXe siècle est bien plus variée que ce à quoi on la réduit souvent ; ni réaliste, ni impressionniste, ni même symboliste quoi qu’on pourrait sans doute la rapprocher davantage de ce mouvement, l’œuvre offre une magnifique vue d’une mer agitée, peinte avec des nuances de bleu et de blanc, le ciel rose se reflétant de ci, de là dans l’écume. Un authentique chef-d’œuvre qui vient ainsi renforcer la collection de peintures réalisées en Bretagne que conserve déjà le Musée des Beaux-Arts de Quimper. Signalons que le collège agricole de Bréhoulou à Fouesnant dans le Finistère conserve de Lionel Walden cinq toiles classées monuments historiques dont nous n’avons malheureusement pas réussi à trouver de reproductions.


Didier Rykner, dimanche 21 décembre 2014





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Une Vierge mosane pour le musée de Cleveland

Article suivant dans Brèves : La nouvelle bibliothèque de la Fondation Custodia