Un tableau de Jean-Baptiste Oudry pour Agen


JPEG - 329 ko
1. Jean-Baptiste Oudry (1686-1755)
Nature morte à la mésange, aux souris,
aux noix, aux insectes et au vase
de jasmins
, vers 1712-1713
Huile sur toile - 32 x 24,5 cm
Agen, Musée des Beaux-Arts
Photo : Galerie Michel Descours
Voir l'image dans sa page

1/11/17 - Acquisition - Agen, Musée des Beaux-Arts - À la dernière édition de la Tefaf de Maastricht, la galerie Michel Descours présentait une ravissante petite nature morte de Jean-Baptiste Oudry (ill. 1) : une mésange charbonnière, suspendue à un clou par une patte, cinq insectes dont trois papillons, deux souris mangeant des noix… Tout dans cette composition comme dans la taille du tableau et le raffinement de la palette rappelle trois autres œuvres de la même main conservées dans des musées français : deux à Agen (ill. 2) et une à Marseille. Ces trois toiles, signées et datées respectivement de 1712 et de 1713, font partie d’une même série qui comptent parmi les premières connues de cet artiste qui fut élève de Nicolas de Largillierre.

Le musée des Beaux-Arts d’Agen a acquis cette peinture qui rejoindra ainsi les deux autres provenant de la collection du duc d’Aiguillon et qui avaient été exposées (avec celle de Marseille) lors de la rétrospective Oudry au Grand Palais en 1982-1983.
Ces trompe-l’œil sur fond neutre sont fortement influencés par l’art de peintres hollandais du XVIIe siècle. Si Oudry fut très actif dans le genre de la nature morte dans la suite de sa carrière, ce n’est qu’à partir de 1739 qu’il revint à ce type de compositions, dont le chef-d’œuvre, hélas volé et jamais retrouvé, est le Canard blanc. Si l’effet est moins spectaculaire que dans ce dernier tableau où le peintre manie sur tous les registres du blanc, on peut constater que dès le début de sa carrière celui-ci est passé maître dans la manière de jouer avec les coloris qui ne se distinguent entre eux que par de subtiles variations : les bleu-gris des souris, des plumes de l’oiseau, du vase et du fond du tableau, les différents bleus des plumes, les bruns des noix et des ailes des papillons...


JPEG - 374.5 ko
2/ Jean-Baptiste Oudry (1686-1755)
Nature morte avec trois oiseaux
morts, des groseilles, des cerises
et des insectes
, 1712
Huile sur toile - 31 x 23,5 cm
Agen, Musée des Beaux-Arts
Photo : Wikipedia/Domaine public
Voir l'image dans sa page

Devant des œuvres comme celles-ci, le terme de nature morte ne paraît pas complètement adéquat et il faudrait sans doute mieux utiliser celui qu’emploient les anglo-saxons : « vie calme ».


Didier Rykner, mercredi 1er novembre 2017





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un tableau d’Étienne Bouhot acquis par Stockholm

Article suivant dans Brèves : Trois dessins d’Eugène Devéria offerts au Louvre

Publicité Artcurial octobre 2017
Publicité Annonce Nobile novembre 2017
Publicité Tous mécènes !