Un tableau de Bernardo Cavallino acquis par le Musée Fabre


JPEG - 256.7 ko
Bernardo Cavallino (1616-1656)
La Mort de saint Joseph, vers 1640
Huile sur toile - 46,5 x 36 cm
Montpellier, Musée Fabre
Photo : Didier Rykner

11/7/15 - Acquisition - Montpellier, Musée Fabre - L’excellente exposition du Musée Fabre consacrée à la peinture napolitaine au XVIIe siècle, sur laquelle nous reviendrons plus longuement très prochainement, est l’occasion de découvrir pour la première fois sur ses cimaises un tableau qu’il vient juste d’acheter auprès de la galerie Canesso.

Il s’agit d’une toile de Bernardo Cavallino représentant La Mort de saint Joseph. Élève de Massimo Stanzione, celui-ci est un des artistes napolitains les plus raffinés. On admirera particulièrement dans cette œuvre la manière dont il réinterprète le luminisme et le naturalisme caravagesque hérité de son maître. L’ensemble de la scène se passe dans la pénombre, sans source de lumière réellement identifiée. Au premier plan, le saint mort est représenté dans une gamme de couleurs grises et beiges d’une subtilité particulièrement frappante. La mort édifiante de Joseph est contée par les évangiles apocryphes. Deux figures se penchent sur lui : le jeune Jésus, encore imberbe qui lève la main droite pour montrer le ciel. À l’arrière-plan se tiennent deux figures dont l’une tient le lys. Sans doute s’agit des figures des archanges Michel et Gabriel qui accompagneront le saint au Paradis. Patron de la bonne mort, Joseph meurt paisiblement.

On ne sait pas quel était la destination de cette œuvre, qui peut être datée vers 1640. Il peut s’agir d’un modello pour un grand retable, ou d’une œuvre de petit format destiné à la dévotion privée. Il vient renforcer la collection italienne du Musée Fabre qui s’est récemment enrichi d’un autre tableau napolitain, par Andrea Vaccaro, qui se trouve, lui aussi, dans l’exposition (voir la brève du 27/11/13).


Didier Rykner, samedi 11 juillet 2015





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Une importante collection donnée sous réserve d’usufruit au Prado

Article suivant dans Brèves : Restauration de deux tableaux par Delaroche et Schnetz, grâce au mécénat de galeries