Un tableau d’Alma-Tadema acquis par Leeuwarden, au Pays-Bas


JPEG - 222 ko
Lawrence Alma-Tadema (1836-1912)
Entrée d’un théâtre romain, 1866
Huile sur toile - 70,4 x 98,4 cm
Leeuwarden, Fries Museum
Photo : Fries Museum

1/6/15 - Acquisition - Leeuwarden, Fries Museum - Lawrence Alma-Tadema a représenté l’entrée d’un théâtre dans la Rome antique, mais il s’intéresse davantage aux rôles joués en dehors de la scène, dans la société et la vie de tous les jours. Un couple - la femme est cachée par son mari, mais sa coiffure et ses vêtements laissent penser qu’elle est très apprêtée - vient saluer avec déférence une mère et son fils, plus distants, mis en valeur au centre de la composition, l’une par sa tunique plus sobre mais rouge, l’autre par sa présentation de face. A droite, d’autres spectateurs arrivent, un homme aide une femme à descendre d’une voiture. Étonnamment, la plupart des personnages tournent le dos au spectateur et leur visage n’est pas visible ou à moitié. A gauche, une porte laisse entrevoir à l’arrière-plan les gradins du théâtre, où l’on se rend d’abord pour être vu.

Cette œuvre, dont le cadre a été conçu par l’artiste lui-même, est récemment entrée au musée de Frise, au Nord des Pays-Bas ; elle a été achetée 1,8 millions de dollars à la galerie Arnoldi-Livie (Munich), qui l’avait exposée sur son stand de la TEFAF en mars dernier. Cette acquisition a été possible grâce à l’aide financière de plusieurs institutions1.

Lawrence Alma-Tadema, peintre anglais d’origine néerlandaise, se forma à l’académie d’Anvers auprès de Gustave Wappers, puis dans l’atelier d’Henri Leys. Son goût pour l’Antiquité se développa auprès de l’archéologue Louis de Taye, puis à l’occasion d’une visite du British Museum en 1862, enfin au cours d’un séjour en Italie en 1863, notamment à Naples et à Pompéi, dont il rapporta de nombreuses photographies. Il vécut ensuite à Paris, tout en exposant dans la galerie londonienne d’Ernest Gambard, marchand belge d’origine. Il finit par s’installer en Angleterre en 1870, acquit la nationalité britannique en 1873, et devint membre de la Royal Academy en 1876. Il se spécialisa avec succès dans la représentation de la vie quotidienne de l’Antiquité et développa un goût pour l’anecdote, un souci du détail et de l’exactitude archéologique, soignant l’architecture et les costumes, le rendu des matières également, du marbre ou de la soie.
Cette œuvre vient rejoindre au Fries Museum plusieurs peintures de l’artiste, notamment Amo te ama me (1881) et figurera dans l’exposition que le musée consacrera à Alma-Tadema à partir d’octobre 2016.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, lundi 1er juin 2015


Notes

1The Vereniging Rembrandt (Association Rembrandt), the Mondriaan Fonds (Mondriaan Fund), the BankGiro Loterij (Bank/Giro Lottery), les Amis du Musée, the Wassenbergh-Clarijs-Fontein Stichting (Foundation), the Royal Frisian Society and the Fries Museum Collection Trust.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : La cinquième édition du Festival de l’histoire de l’art a ouvert ses portes

Article suivant dans Brèves : Un tableau de Louis Ducis offert à Montréal