Un siècle de paysages. Les choix d’un amateur Contenu abonnés


Lyon, Musée des Beaux-Arts, du 19 juin au 4 octobre 2010. Prolongé jusqu’au 25 octobre 2010.

JPEG - 159.7 ko
1. Camille Corot (1796-1875)
Entrée du port de La Rochelle, 1851
Huile sur bois - 27 x 40,5 cm
Lyon, collection particulière
Photo : Didier Michalet

C’est une collection d’une qualité remarquable qu’expose le Musée des Beaux-Arts de Lyon jusqu’au début du mois d’octobre. Son propriétaire souhaite rester discret, mais son identité est révélée à deux endroits du catalogue : il s’agit de Jacques Gairard, ancien PDG de SEB. Cet ensemble de paysages français du XIXe siècle ne constitue qu’une partie de ses centres d’intérêt. Deux salles montrent en complément, dans les collections modernes du musée, des œuvres abstraites de fort belle qualité (Debré, Pincemin, Truphémus….) qui sortent du champ de La Tribune de l’Art mais qui témoignent d’un bel éclectisme, confirmé par d’autres centres d’intérêt tel que la peinture ancienne.

C’est donc à ses tableaux de paysage qu’est consacrée l’exposition qui présente une sélection de 74 œuvres retraçant un vaste panorama de ce genre, des années 1780 à 1850 environ. Si certaines toiles (ou huiles sur papier) datent de la seconde moitié du siècle, elles sont plus rares et on n’y trouvera aucun tableau impressionniste, peut-être à cause du prix atteint aujourd’hui par ces œuvres mais aussi sans doute par goût. De même, l’école de Barbizon reste peu représentée, à l’exception d’un ravissant Corot, Le Port de La Rochelle (ill. 1) et d’un Théodore Rousseau.
Le coeur de cette collection est donc formé de paysages classiques et romantiques dont le point commun le plus évident est leur extrême qualité. On sent un véritable amoureux de la peinture qui n’achète pas parce que cela fait bien ou pour placer son argent mais parce qu’il aime réellement les objets dont il s’entoure. La meilleure preuve est la présence de plusieurs très beaux anonymes dont on retiendra celui représentant une Terrasse à Capri (ill. 2). L’ensemble est donc extrêmement cohérent.

JPEG - 107.1 ko
2. France, vers 1840
Terrasse à Capri
Huile sur papier marouflé sur toile - 32,5 x…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Paolo Domenico Finoglio. La Jérusalem délivrée

Article suivant dans Expositions : Dévotion baroque. Trésors du musée de Chaumont