Un publi-reportage Allianz dans le journal du 7e arrondissement


JPEG - 126.5 ko
Travaux sur l’ancien hôpital Laënnec
2 janvier 2012
Photo : Didier Rykner

22/2/13 - Patrimoine - Paris, ancien hôpital Laënnec - Les lecteurs du n° 58 (février 2013) de 7 A Vous, le journal de la mairie du 7e arrondissement de Paris (dont Rachida Dati est l’élue), auront certainement eu un choc en constatant que celui-ci fait l’apologie du projet Allianz actuellement en cours sur le site de l’hôpital Laënnec.

La rénovation serait « exemplaire ». Désormais, comme le ciel est « bleu » ou les arbres sont « verts », les restaurations/rénovations de monuments historiques sont toujours « exemplaires »1.
Certes, ce panégyrique qui présente toutes les caractéristiques d’un article journalistique est signalé, en petit et en haut comme « publi-rédactionnel ». On est même heureux, comme nous l’a dit Philippe Valli, directeur de cabinet du maire du 7e, d’apprendre que la taille des lettres de cette mention est conforme à la loi. Qu’il ne s’inquiète pas, nous ne prétendrons pas ici que la communication de la mairie du 7e est illégale. On affirmera en revanche que ce type de publi-rédactionnel, dans un journal municipal, est une pratique plus que douteuse.

On apprend notamment dans ce « publi-rédactionnel » que « la chapelle, construite sous Louis XIII et classée monument historique a été bien évidemment préservée et sera restaurée dans les règles de l’art ». Que la sacristie ait été détruite « par accident » (voir la brève du 2/1/13) n’est évidemment pas signalé. Que la plus grande partie du mobilier (souvent commandé pour cet endroit) ait été enlevée (et ne sera pas remise) est également pudiquement caché. Belle manière de restaurer « dans les règles de l’art ». Que la chapelle soit privatisée au profit de l’entreprise qui louera les bureaux, cela est soigneusement dissimulé sous l’affirmation que « ce lieu a vocation à accueillir des expositions, concerts ou conférences dans le respect de l’esprit des lieux et des sépultures qui y sont présentes ». Rappelons les faits : l’entreprise qui l’occupera l’ouvrira au public si elle le veut2. Si elle ne le veut pas, ce lieu restera fermé, et pourrait même être utilisé comme salle de réunion.

La création du jardin potager est présenté comme un souhait d’Allianz alors qu’il résulte d’une négociation avec la Ville de Paris (il s’agit d’ailleurs de la seule concession qu’a obtenue la ville). Et le plus beau est à la fin. On y apprend en effet que les parisiens (ces veinards) pourront admirer ce bel ensemble depuis la rue de Sèvres et le jardin du Potager. Quant à y entrer, ce n’est pas prévu.
Après tout, qu’Allianz fasse sa publicité, cela se comprend. Mais que ce soit le journal de la mairie du 7e arrondissement qui lui propose cette tribune est particulièrement choquant. Rachida Dati, que les associations ont souvent sollicitée, devrait prendre fait et cause pour protéger le patrimoine et soutenir les riverains. Comment peut-elle le faire quand son propre journal célèbre les promoteurs. Mais il est vrai, la pauvre, qu’elle n’y peut rien : comme nous l’a dit Philippe Valli, « le journal de la mairie du 7e est entièrement conçu par la société Editam, qui a gagné l’appel d’offre en décembre dernier pour quatre numéros. La mairie ne paye rien et c’est la société qui a la charge des rentrées publicitaires. » On est rassuré de savoir que cela ne coûte rien à la mairie, si ce n’est un peu de sa crédibilité. Mais on se désolera qu’en un peu plus de deux ans Rachida Dati n’ait pas réussi à se renseigner sur un dossier que, manifestement, en 2010 elle connaissait assez mal (voir notre article).

English Version


Didier Rykner, vendredi 22 février 2013


Notes

1Il est amusant de voir que dans Google les termes (entre guillemets) « restauration exemplaire » ramènent pas moins de 11 800 résultats)

2Ce publi-rédactionnel apporte en réalité une véritable information : c’est le siège de Pinault/Printemps/La Redoute qui s’installera dans les murs de l’ancien hôpital.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Watteau ou pas Watteau ?

Article suivant dans Brèves : Un portrait d’Abraham de Vries acquis par le Petit Palais à Paris