Un portrait par Eugène Le Poittevin offert au Musée de Fécamp


JPEG - 330.9 ko
Eugène Le Poittevin (1806-1870)
Françoise Ursule Anastasie Délépine
Huile sur panneau - 34 x 21 cm
Fécamp, musée de Fécamp
Photo : Musée de Fécamp
Voir l'image dans sa page

21/11/17 - Acquisition - Fécamp, Musée - Eugène Le Poittevin est surtout connu pour ses scènes de plage et de marines, peintes dans un goût romantique pas très éloigné de celui d’Eugène Isabey dont il fut proche, et qui rappellent parfois François Biard, notamment dans une représentation d’une chasse à l’ours sur la banquise. Les œuvres qu’il exposa régulièrement au Salon de 1831 à 1870 sont donc essentiellement des scènes de pêche, des paysages maritimes, quelques batailles navales et de rares peintures tirées des contes ou de la littérature. Il n’y présenta en revanche aucun portrait.

Il en peignit néanmoins, qu’il réservait sans doute au cadre familial et amical. C’est l’un d’entre eux, qui représente Françoise Ursule Anastasie Délépine, que vient d’offrir au Musée de Fécamp l’Association des Amis du Musée à l’occasion de la réouverture prochaine de celui-ci dont nous parlerons bientôt.
Le modèle est l’épouse de Césaire Blanquet, propriétaire de l’hôtel des Artistes à Étretat que fréquentèrent de nombreux peintres, dont Claude Monet. Eugène Le Poittevin avait déjà peint pour eux l’enseigne de l’établissement, une huile sur panneau que conserve le Musée de Fécamp. Lui même fit construire une maison à Fécamp, La Chaufferette, ainsi qu’un atelier sur la plage où Courbet s’installera en 1869 pour réaliser sa série des vagues.

Françoise Délépine figure sur un fond de mer comme l’artiste aimait les représenter. On voit ainsi à l’arrière-plan les falaises bien connues ainsi que des petits personnages marchant sur les rochers. Cette toile a été acquise auprès de la galerie Stéphane Rouvet grâce à une souscription interne à l’Association à laquelle s’est associé le Rotary Club de Fécamp. Outre l’enseigne, le Musée de Fécamp conservait déjà deux autres toiles de Le Poittevin, dont l’une, représentant des pêcheurs à Étretat, a été achetée en 2012 (voir la brève du 15/11/12).


Didier Rykner, mardi 21 novembre 2017





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Des ouvrages sur le patrimoine d’Île-de-France téléchargeables gratuitement

Article suivant dans Brèves : Des esquisses du Petit Palais pour la première fois exposées