Un portrait de Lamartine par Lehmann acquis par la Maison de Balzac Contenu abonnés


JPEG - 147.8 ko
1. Henri Lehmann (1814-1882)
Portrait de Lamartine, 1847
Huile sur toile - 56 x 45 cm
Paris, Maison Balzac
Photo : Maison Balzac

13/4/15 - Acquisitions - Paris, Maison de Balzac - « Mais le trait dominant du visage, plus même que l’intelligence, était la bonté communicative. Il vous ravissait l’esprit quand il parlait ; même en se taisant, il vous ravissait le cœur. Aucune passion de haine ou d’envie n’aurait pu être exprimée par cette physionomie : il lui aurait été impossible de ne pas être bon. »1. Ainsi Alphonse de Lamartine - sans abuser de la litote - décrivait-il Honoré de Balzac qui lui rendait bien son amabilité :« Cher et illustre poète, si toutefois l’orateur n’est pas plus grand encore, vous êtes trop haut placé pour savoir ce qui se passe dans les sphères…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : La Vue d’Avignon de Joseph Vernet entre au Louvre

Article suivant dans Brèves : Début de la restauration des façades et des toitures d’Azay-le-Rideau