Un pastel de Schuffenecker acquis par Pont-Aven


JPEG - 187.6 ko
Claude Emile Schuffenecker (1851–1934)
Portrait de Jules Bois, vers 1894
Pastel sur papier - 44 x 56 cm
Pont-Aven, Musée
Photo : Musée de Pont-Aven

18/5/15 - Acquisition - Pont-Aven, Musée - On néglige bien souvent l’importance des seconds rôles : Claude-Emile Schuffenecker fut pourtant un ami et un soutien précieux pour Paul Gauguin qu’il connut en 1872 à l’Académie suisse. Il fit partie des premiers membres de la Société des Artistes indépendants en 1884, et c’est lui qui favorisa la rencontre d’Émile Bernard et de Gauguin à Pont-Aven en 1886, lui encore qui eut l’idée de la fameuse exposition au café Volpini à Paris en 1889.

Le Musée de Pont-Aven vient d’acheter un de ses pastels à un collectionneur avec le soutien du FRAM ; l’œuvre était auparavant passée en vente chez Artcurial le 3 décembre 2013 : il s’agit d’une étude pour le portrait de Jules Bois, également réalisé au pastel et conservé au Musée Maurice Denis de Saint-Germain-en-Laye. Les deux musées avaient proposé en collaboration une rétrospective sur Schuffenecker en 1996-1997
Jill-Elyse Grossvogel dans le catalogue de cette exposition distingue plusieurs étapes dans la carrière du peintre : entre 1877 et 1884 une première période dite académique est marquée par l’influence de Carolus-Duran, une seconde, néo-impressionniste, court de 1884 à 1890, enfin, une période symboliste évolue environ de 1890 à 1934.
Schuffenecker avait une prédilection pour le pastel aussi bien pour réaliser des portraits que des paysages et son talent dans cette technique fut salué par Odilon Redon et par Huysmans. Dans cette étude, le travail apparent de l’artiste, les traits rapides notamment pour définir le fond neutre, font vibrer la composition, un effet atténué dans la version finale où les couleurs sont plus uniformes et les formes plus cernées. L’artiste concentre son attention sur le visage de son modèle, dont la barbe noire nuancée de bleus, contraste avec l’orange vif de la tunique. Il signale déjà la plume et l’encrier, à laquelle il accorde une importance démesurée. Jules Bois fut en effet poète, romancier, dramaturge, essayiste et journaliste, auteur d’ouvrages sur l’ésotérisme, et directeur de la revue Le Cœur ; il fut en outre proche du cercle de la Rose + Croix. L’artiste lui donne un regard vague, comme s’il avait une vision, qui semble apparaître au second plan dans la version finale.
Ce pastel vient rejoindre cinq autres œuvres de Schuffenecker conservées au musée de Pont-Aven


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, lundi 18 mai 2015





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Le retour de la Dormeuse de Naples recouverte par un Giordano !

Article suivant dans Brèves : La loi sur la transition énergétique menace toujours le patrimoine