Un pastel de Monet acquis pour l’Ecosse


JPEG - 120.4 ko
Claude Monet (1840-1926)
Etretat, l’Aiguille et la Porte d’Aval, 1885
Pastel sur papier - 39 x 23 cm
Édimbourg, National Galleries of Scotland
Photo : National Galleries of Scotland
Voir l'image dans sa page

1/1/17 - Acquisition - Édimbourg, National Galleries of Scotland - Un pastel de Claude Monet a fait l’objet d’une dation (acceptance in lieu) à l’État britannique ; il vient de rejoindre les National Galleries of Scotland qui conservent plusieurs toiles de l’artiste. L’œuvre appartenait à Valerie Middleton, descendante de Royan Middleton ; cet Écossais, imprimeur et éditeur d’Aberdeen, était aussi un amateur d’art qui collectionnait Monet, Van Gogh ou encore Modigliani, entre autres.
Le pastel avait d’ailleurs été prêté en 2011 à l’Aberdeen Art Gallery. Il montre les falaises d’Étretat, avec les silhouettes bien reconnaissables de la fameuse porte d’Aval et de son aiguille, que Monet a représentées de nombreuse fois en cette année 1885, sous le soleil ou par tempête. Néanmoins la plupart des peintures à l’huile de cette série sont de format horizontal. Dans le pastel, au contraire, il choisit la verticalité et un point de vue élevé. Le premier plan est occupé par des rochers bruns et sombres, la mer est d’un blanc crème lumineux et lisse qui devient filandreux dans le ciel moutonneux ; l’horizon déjà se teinte d’un bleu gris, rosi par le crépuscule. On retrouve des études de ciels comparables à celui-ci dans plusieurs petits pastels. Cette œuvre est évidemment japonisante, à la fois par son format, ses couleurs et le motif de la montagne. L’exposition que la Fondation Gianadda avait consacrée à Monet insistait sur cette influence des estampes japonaises que collectionnait l’artiste (voir l’article.

Si le pastel lui permet de fondre les formes pour mieux traduire la brume, comme il le fait notamment pour le Pont de Waterloo dans une vue presque monochrome, il utilise ici la technique de manière différente pour composer le paysage en zones de couleurs distinctes, nettement séparées les unes des autres. Dans une autre vue d’Etretat, il multiplie les couleurs qu’il appose en lignes horizontales pour saisir les dernières lueurs qui embrasent le ciel. Une exposition où figurait d’ailleurs l’œuvre nouvellement entrée aux National Galleries of Scotland était consacrée aux pastels et aux dessins de Claude Monet ; présentée à la Royal Academy de Londres puis au Clark Institute1, elle proposait de dévoiler cet aspect « méconnu » de l’art de Monet.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, dimanche 1er janvier 2017


Notes

1« The Unknown Monet : Pastels and Drawings », Royal Academy of Arts, Londres du 17 mars au 10 juin 2007, Sterling and Francine Clark Art Institute Williamstown, Massachusetts du 24 juin au 16 septembre 2007.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un album de Le Gray pour la BnF

Article suivant dans Brèves : La Pologne s’offre la collection Czartoryski