Un paravent du XVIIIe pour le Musée Buffon


JPEG - 226.9 ko
Paravent
époque Louis XV
Noyer, papier de la Chine - 132 x 41 cm
Montbard, Musée Buffon
Photo : Daguerre

8/9/15 - Acquisition - Montbard, Musée Buffon - Grande figure du siècle des Lumières, Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon (1707-1788), est l’auteur de l’Histoire Naturelle, générale et particulière. Composée de trente-six volumes publiés entre 1749 et 1789, elle fut écrite en collaboration avec Jean-Marie Daubenton (1716-1800) et le comte de Lacépède (1756-1825) qui la complétèrent par la suite.
Sa ville natale, Montbard, en Bourgogne, conserve le souvenir de ce naturaliste, mathématicien et philosophe. Son hôtel particulier est intact et inscrit monument historique. Le comte annexa par ailleurs le parc qu’il aménagea entre 1733 et 1742 et les vestiges du château des ducs de Bourgogne, devenu une véritable forteresse aux XIIIe et XIVe siècles : il en reste deux tours, celle de l’Aubespin et celle de Saint-Louis que le scientifique aménagea, en y installant son cabinet de travail, sa bibliothèque et son laboratoire.
Dans les anciennes écuries, un musée consacré aux sciences au siècle des Lumières met en avant Buffon bien sûr, et Daubenton.

La Ville de Montbard a acquis pour 5 500 euros un paravent, lors de la vente organisée par Daguerre à Semur-en-Auxois le 11 juillet dernier. Il est signalé dans l’inventaire après-décès de Buffon. En noyer, il est couronné de traverses ondulées et garni de quatre feuilles double face en papier de la Chine ; leur décor japonisant composé d’oiseaux, de branchages et de fleurs d’espèces différentes, ne pouvait que plaire à un naturaliste. Ce paravent rejoindra les collections du musée une fois qu’il aura été restauré. Le cabinet de Buffon, où il rédigea son Histoire naturelle, est notamment orné d’estampes aquarellées de François-Nicolas Martinet, consacrées aux oiseaux, qui feront un bel écho à cette nouvelle acquisition.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, mardi 8 septembre 2015





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Les Offices privés d’archéologue

Article suivant dans Brèves : Le Musée de Picardie poursuit ses restaurations