Contenu abonnés

Un objet préempté à l’origine incertaine

9 9 commentaires

Dans la vente Pierre Bergé & Associés du mercredi 27 janvier 2021 à l’hôtel Drouot, le Musée de Cluny a préempté pour 44 000 € (sans les frais) une plaque ornementale en cuivre champlevé, gravé, émaillé et doré, représentant un chevalier à cheval (ill. 1 et 2). L’objet, de fabrication probablement anglaise, date des environs de 1300.


1. Angleterre, vers 1300
Chevalier à cheval
Cuivre champlevé, émail
rouge, doré - 9 x 10,6 cm
Préempté par le Musée de Cluny
Photo : PBA
Voir l´image dans sa page
2. Angleterre, vers 1300
Chevalier à cheval (revers)
Cuivre champlevé, émail
rouge, doré - 9 x 10,6 cm
Préempté par le Musée de Cluny
Photo : PBA
Voir l´image dans sa page

Si la qualité de l’œuvre et son intérêt pour l’histoire de l’art ne font aucun doute, il s’avère que cette acquisition agite beaucoup de monde depuis hier soir. Son origine, présentée dans le catalogue comme « ancienne collection du Morbihan », ne convainc pas tout le monde, et notamment des archéologues de l’association HAPPAH (Halte au Pillage du Patrimoine Archéologique & Historique), très attentifs, à raison, à la question des fouilles sauvages. Ce sont eux qui ont signalé les premiers l’affaire sur Twitter.


3. Angleterre (?), vers 1300
Chevalier à cheval
Cuivre, or - 14,6 x 17,5 cm
New York, Metropolitan Museum
Photo : Metropolitan Museum (domaine public)
Voir l´image dans sa page

Or cet objet, qui était jusqu’à présent totalement inconnu des spécialistes et dont on ne connaît que quelques exemples, le plus célèbre (non émaillé) se trouvant au Metropolitan Museum (ill. 3), provient-il effectivement d’une « ancienne collection du Morbihan » ? On peut, légitimement, se poser la question.

En effet, la seule source bibliographique, d’ailleurs citée par la notice du catalogue, est celle-ci : « White et Spirit, « Une exceptionnelle applique médiévale émaillée » dans NHR, mars 2019, n° 2, pp. 14-16 » La notice précise par ailleurs que « cette…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.