Un nouveau monde. Naissance de la Lorraine moderne Contenu abonnés


Nancy, Musée Lorrain, du 4 mai au 4 août 2013.

Alors que le Musée des Beaux-Arts de Nancy se penche sur la fin du Maniérisme dans l’ensemble de l’Europe, le Musée Lorrain privilégie l’entier XVIe siècle dans un territoire limité à la Lorraine, conformément à sa vocation.

Le sujet est plus large chronologiquement mais beaucoup plus réduit sur le plan géographique. Musée d’Histoire, le Musée Lorrain multiplie les points de vue en ne se limitant pas aux œuvres d’art, ajoutant à sa démonstration des cartes, des objets, des livres et des documents historiques. Le parcours peine cependant à convaincre, hésitant perpétuellement entre histoire et histoire de l’art. En privilégiant le premier terme de l’alternative, il sacrifie le second et, malgré quelques œuvres de très grande qualité, on sort un peu frustré d’une exposition par ailleurs assez confuse.


JPEG - 198.6 ko
1. Lorraine, deuxième quart du XVIe siècle
Pâmoison de la Vierge provenant d’un
retable de la Passion du Christ
Calcaire polychrome - 110 x 120 cm
Nancy, Musée Lorrain
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 54.2 ko
2. Ligier Richier (1500-1567)
Tête de Christ
Calcaire - 15 x 14 x 13 cm
Paris, Société de l’Histoire du protestantisme français
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Il est regrettable qu’on n’ait pas saisi cette occasion pour montrer un large panorama de l’art en Lorraine à la Renaissance. Si les enluminures, l’orfèvrerie et l’architecture font l’objet chacune d’un essai dans le catalogue, la peinture, la sculpture ainsi que la gravure sont oubliées. On ne saura pas grand-chose de la peinture lorraine au XVIe siècle, les quelques toiles exposées, principalement des portraits, sont dans l’ensemble assez médiocres, à l’exception de celles de Claude Deruet et Rémond Constant. Mais ces artistes sont hors sujet, relevant du XVIIe siècle, non du XVIe. Les dessins et gravures de Jacques Callot et Israël Silvestre ne sont pas mois incongrus dans cette exposition consacrée à la Renaissance. Quant à la gravure, elle est totalement ou presque oubliée,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : L’Automne de la Renaissance d’Arcimboldo à Caravage

Article suivant dans Expositions : L’Art et le modèle