Un marché de l’art fort est un atout pour le patrimoine Contenu abonnés


JPEGL’annonce de la création d’un Salon de la peinture ancienne (voir l’interview) par un groupe de dix marchands parisiens est une excellente nouvelle. Car tout ce qui est bon pour le marché de l’art à Paris l’est aussi pour le patrimoine et les musées français. La multiplication des galeries et des événements de ce type aura forcément pour conséquence de faire prendre conscience à ceux qui en ont les moyens que l’art ancien, loin d’être démodé, est une source de plaisir infini. On pourrait ainsi retrouver un cercle vertueux qui verrait les œuvres d’art revenir en France pour y être vendues, le nombre de collectionneurs augmenter et, à terme, les musées s’enrichir davantage.

Les gouvernements successifs n’ont jamais vraiment compris cela. Les freins mis par les pouvoirs publics au…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Manuscrits coréens : la fin de l’inaliénabilité ?

Article suivant dans Éditorial : Prêcher dans le désert