Un livre électronique publié par la DRAC Champagne-Ardenne


19/2/16 - Publication électronique - Champagne-Ardenne - Qu’on s’en réjouisse ou qu’on le regrette, le nombre de publications électroniques qui s’affranchissent d’une parution papier va aller en augmentant. Même si les livres ne disparaîtront certainement pas, certains ouvrages scientifiques ne seront désormais plus édités que sous format epub et/ou PDF. L’avantage est que pour certains d’entre eux, publiés par des institutions publiques, des collectivités territoriales ou des administrations, leur accès est gratuit, et leur diffusion, pour peu que l’on soit informé de ces parutions, est immédiate et les rend accessibles à tous.

C’est ainsi que la DRAC Champagne-Ardenne, désormais fusionnée avec les DRAC Lorraine et Alsace, a publié à la fin de l’année dernière un ouvrage électronique passionnant intitulé « Objet de dévotion, objet de restauration. Les couleurs retrouvées des œuvres des églises de Champagne-Ardenne ». Le livre est consacré à la restauration d’objets mobiliers de cette région, essentiellement du XVIe siècle, mais pas uniquement puisque la première notice est consacrée à un décor mural (toiles marouflées) du XIXe siècle conservé dans l’église Saint-Sébastien de Puilly-et-Charbeaux.
Les œuvres étudiées ici sont donc pour la plupart des sculptures polychromes et des peintures datant du XVIe siècle. Pour chacune d’elle, le texte privilégie les explications relatives aux restaurations, sans bibliographie et sans réellement en faire l’historique ni s’attacher à sa place dans l’histoire de l’art. Cet aspect est cependant en partie abordé dans l’essai très intéressant consacré par Cécile Scaillierez, conservatrice au département des peintures du Louvre, à la peinture du XVIe siècle en Champagne, qui reste malgré tout une étude générale où ne sont pas forcément étudiées les œuvres restaurées ; il est par ailleurs dommage que pour celles qui font à la fois l’objet de fiches et sont citées dans le texte de Cécile Scaillierez, aucun lien hypertexte ne relie les deux références. En revanche, on appréciera que les termes techniques définis dans l’index puissent être retrouvés rapidement, justement par des liens hypertextes.


JPEG - 111.6 ko
1. France, XVIe siècle
Saint Michel terrassant le démon
Bois polychrome - 192 x 120 x 41 cm
Saint-Parres-les-Vaudes, église Saint-Parres
Photo : P. Stritt
JPEG - 76.9 ko
2. France, fin XVIe siècle
Saint André
Pierre calcaire polychrome - 119 x 52 x 27 cm
Reims, église Saint-André
Photo : P. Stritt

Les quelques réserves exprimées ci-dessus ne doivent pas cacher le grand intérêt de cette initiative qui révèle beaucoup d’œuvres méconnues dont on se réjouit qu’elles aient été restaurées. Nous nous contenterons d’en citer et d’en reproduire ici quatre : une sculpture de Saint Michel terrassant le démon (ill. 1), un Saint André en pierre polychrome (ill. 2), une peinture représentant Le Triomphe de la Vierge (ill. 3) et un grand retable en pierre calcaire polychrome1 (ill. 4).


JPEG - 161.8 ko
3. France, fin XVIe-début XVIIe siècle
Le Triomphe de la Vierge
Huile sur toile - 310 x 260 cm
Nogent-sur-Seine, église Saint-Laurent
Photo : P. Stritt
JPEG - 175.8 ko
4. France, 1545
Retable
Pierre calcaire polychrome - 400 x 300 cm
Géraudot, église Saint-Jean-Baptiste
Photo : P. Stritt

Il est annoncé que les fiches de ce livre seront mises à jour, et que d’autres notices seront créées en fonction des restaurations. Pourquoi pas, même s’il faudrait en ce cas que les personnes l’ayant téléchargé puissent être informées par un envoi de mail de chaque nouvelle édition ou mise à jour. Il serait également nécessaire de dater clairement la version téléchargée, ce qui n’est pas le cas2.


Didier Rykner, vendredi 19 février 2016


Notes

1Nous inclurons, à terme, toutes ces œuvres dans notre base Stella des œuvres conservées dans les monuments publics (accessible aux seuls abonnés)

2Signalons en outre aux éditeurs qu’il devraient sans doute corriger deux grosses coquilles. Un panneau peint recto et verso, avec les Quatre docteurs de l’Église Latine et la Prédication de Saint-Étienne est décrit comme une « Sculpture. XVIe siècle. Pierre calcaire polychrome. H. 89,5 ; L. 155 cm ; P. 3,3 cm ».
Par ailleurs, l’essai intitulé « La restauration des bois polychroms en Champagne-Ardenne : bilan et pratique » n’a pas été écrit par Cécile Scaillierez à qui il est pourtant attribué.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un autoportrait de Cuno Amiet pour Genève

Article suivant dans Brèves : Le musée de Stockholm acquiert trois peintures danoises