Un dessin de François Gérard pour Caen


4/4/18 - Acquisition - Caen, Musée des Beaux-Arts - Le Musée des Beaux-Arts de Caen a pu s’enrichir récemment, grâce à sa Société des Amis, d’un dessin inédit de François Gérard (ill. 1) acheté aux enchères (pour la modique somme de 2 800 € hors frais) le 23 mars dernier à Drouot (SVV Ader et Nordmann).


JPEG - 331.5 ko
1. François Gérard (1770-1837)
Achille jurant de venger la mort de Patrocle
Crayon noir - 26,8 x 35,5 cm
Caen, Musée des Beaux-Arts
Photo : SVV Ader & Nordman
Voir l'image dans sa page
JPEG - 194.7 ko
2. Le tableau de François Gérard,
Achille jurant de venger la mort de Patrocle
sur les murs du Musée des Beaux-Arts de Caen
avant sa destruction en 1944
En dessous, on voit la copie de Georges Le Febvre
(voir ci-dessous)
Photo ancienne conservée à la Médiathèque du Patrimoine
Voir l'image dans sa page

Outre sa grande qualité, cette feuille présente l’intérêt de préparer un grand tableau du peintre disparu dans l’incendie du musée à la Libération en juillet 1944, que l’on connaît grâce à une photographie datant d’avant la guerre (ill. 2). Mis au carreau, il constitue sans doute l’une des dernières études pour Achille vengeant la mort de Patrocle, une toile qui avait été offerte à Caen par le neveu du peintre Henri Gérard en 1852. Logiquement très proche de l’œuvre définitive, le dessin présente néanmoins quelques variantes, notamment dans le deuxième personnage à partir de la droite, qui est tourné dans l’autre sens.


JPEG - 353.1 ko
3. François Gérard (1770-1837)
Achille jurant de venger la mort de Patrocle
Huile sur toile - 54,5 x 81 cm
Collection particulière
Photo : Photographe non identifié (domaine public)
Voir l'image dans sa page

Christophe Marcheteau, attaché de conservation au musée, avait consacré en 2012 dans les Cahiers du Musée des Beaux-Arts de Caen & des Amis des Musées de Basse-Normandie numéro 2 un article à cet important tableau disparu1. où il citait ces mots flatteurs de Barbey d’Aurevilly : « C’est la correction de David, plus tout ce que David n’a pas ! », ajoutant en conclusion « À dater d’aujourd’hui, Gérard est pour moi le plus grand peintre de l’école française ». Il reste que le tableau n’était qu’une « grande ébauche », le peintre, mort le 11 janvier 1837, n’ayant jamais pu le terminer. En 1816, Gérard en avait détruit une première version de taille comparable dont il n’était pas satisfait. En 1819, il peignit une toile beaucoup plus petite sur un thème proche, Achille pleurant sur le corps de Patrocle qui se trouve aujourd’hui au Musée Massey de Tarbes. Gérard eut beaucoup de mal à élaborer cette composition qu’il mit longtemps à concevoir. Une esquisse peinte est conservée dans une collection particulière (ill. 3) et il ne commença le grand tableau qu’en 1830, sans y travailler de façon continue, le laissant finalement inachevé à sa mort.


JPEG - 384.1 ko
4. Georges Le Febvre (1861-1912)
d’après Robert Lefèbvre d’après Rubens
Portrait de Nicolas Rockox, 1880
Pierre noire
Caen, Musée des Beaux-Arts
Voir l'image dans sa page

Fait amusant, le 1er avril 2018, soit quelques jours après cet achat, la même Société des Amis du Musée des Beaux-Arts de Caen se portait acquéreur aux enchères d’un lot de sept dessins provenant de l’atelier du peintre ornais Georges Le Febvre (1861-1912), dans lequel se trouvait une copie du tableau de Tiepolo conservé au musée ainsi que diverses feuilles (dont une vue de Caen). Surtout, on y trouvait un dessin (ill. 4) d’après le Portrait de Nicolas Rockox réalisé par Robert Lefèbvre d’après Rubens, copie également détruite en 1944 et que l’on voit juste en dessous du tableau de Gérard (ill. 3). Le musée poursuit ainsi une politique cohérente d’acquisitions autour de ses œuvres disparues pendant la guerre.


Didier Rykner, mercredi 4 avril 2018


Notes

1Nous renvoyons le lecteur à cet excellent article, très complet.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Jean-Luc Martinez reconduit à la tête du Louvre

Article suivant dans Brèves : Une lampe de Gallé préemptée par Orsay