Un dessin d’Antoine Caron acquis par le Musée Le Vergeur de Reims


JPEG - 111.1 ko
Antoine Caron (vers 1521-1599)
Le Sacre d’Henri III à Reims, vers 1562-1572
Pierre noire, lavis brun, rehauts de blanc - 35,8 x 50,5 cm
Reims, Musée Le Vergeur
Photo : Christie’s

17/3/14 - Acquisition - Reims, Musée Le Vergeur - Un dessin d’Antoine Caron illustrant le sacre d’Henri III en la cathédrale de Reims a été adjugé 25 000 dollars, lors de la vente qu’organisait Christie’s à New York le 30 janvier 2014. C’est le Musée Le Vergeur de Reims qui a emporté les enchères.

L’apothicaire Nicolas Houël commanda à l’artiste deux séries de dessins, majoritairement conservés au Louvre et à la Bibliothèque nationale : la première, vers 1562, illustre l’Histoire de la reine Artémise, rédigée par Houël en hommage à Catherine de Médicis ; les dessins de Caron inspirèrent par la suite la célèbre tenture d’Artémise. La seconde série, à laquelle appartient la feuille du Musée Le Vergeur, retrace l’Histoire française de notre temps, texte à la gloire des Valois, de François Ier à Charles IX, également écrit par l’apothicaire et pour lequel il demanda, entre 1562 et 1572, des illustrations « sous forme de cartons de peinture de blanc et noir façonnez par les excellentz peinctrezs de France et d’Italie ». Là encore, il est possible que ces feuilles soient liées aux tapisseries des Valois tissées ultérieurement, vers 1582-1585 (Florence, Offices).
En 1583 Nicolas Houel fit encore réaliser, par un artiste inconnu, une série de onze dessins, destinée à Henri III, Louise de Lorraine et Catherine de Médicis, illustrant la procession dans la maison de la Charité chrétienne - institution fondée par Houël en 1578 - pour la famille royale (conservés à la BnF).
Le dessin d’Antoine Caron sera présenté au public en juin prochain.

English version


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, mardi 18 mars 2014





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Tefaf : une œuvre de Matthijs Maris pour La Haye

Article suivant dans Brèves : Un tableau volé à Draguignan retrouvé, mais ce n’est pas un Rembrandt !