Un collier d’orfèvrerie offert au Rijksmuseum Contenu abonnés


18/8/15 - Acquisition - Amsterdam, Rijksmuseum - On plaçait un oiseau en bois en haut d’un mât, qu’il fallait viser avec des flèches tirées par un arc, plus tard une arbalète, ensuite arquebuse. C’était le jeu du papegai. Le gagnant devenait le « roi du papegai » pour l’année, il pouvait porter le collier de la guilde des archers, arbalétriers ou arquebusiers à l’occasion des fêtes et des cérémonies, sur lequel il ajoutait ses armoiries. Le collier, au fil des années, recevait ainsi une multitude de blasons accrochés au bout de chaînes.


JPEG - 103.2 ko
Collier
Guilde des arbalétriers
Breda, vers 1546
Argent, vermeil, émail - 35 x 38,5 cm
Amsterdam, Rijksmuseum
Photo : Rijksmuseum
JPEG - 111.7 ko
Collier
Guilde des arbalétriers (détails)
Photo : Rijksmuseum

Le Rijksmuseum s’est vu offrir par un particulier…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un panneau de Giovanni da Rimini restera sur le territoire anglais

Article suivant dans Brèves : Deux portraits entrent à la National Gallery de Washington