Un albâtre du Maître de Rimini acquis par le Getty


JPEG - 60.4 ko
Maître de l’Autel de Rimini
(actif seconde moitié du XVe siècle)
Saint Philippe
Albâtre, traces de polychromie - H. 43 cm
Los Angeles, The J. Paul Getty Museum
Photo : Daniel Katz Ltd

1/10/15 - Acquisition - Los Angeles, The J. Paul Getty Museum - Saint Philippe du Maître du retable de Rimini, albâtre sculpté vers 1420-1430, vient d’entrer au Getty. On avait pu l’admirer à la TEFAF, cette année (voir l’article), sur le stand de la galerie Daniel Katz à qui le musée l’a acheté.

Celui qu’on appelle le Maître du Retable de Rimini, sans que l’on puisse identifier cet artiste ni ceux qui travaillèrent dans son atelier, fut actif au début du XVe siècle, probablement dans les Pays-Bas méridionaux, ou peut-être les régions rhénanes. Il doit néanmoins son nom au superbe retable en albâtre de l’église Santa Maria delle Grazie à Covignano, près de Rimini, aujourd’hui conservé au Liebieghaus à Francfort. L’albâtre, pierre tendre permettant un travail minutieux, était prisé en Europe du Nord entre le XVe et le XVIIe siècle. Le maître et son entourage produisirent de nombreuses statuettes comme celle-ci qui furent diffusées dans toute l’Europe.

Philippe, debout, tient une croix, instrument de son martyre, la tête tournée, la bouche entrouverte, les paupières baissées. Les plis de son vêtement, le traitement de sa barbe, le traitement des yeux fermés et des lèvres épaisses, se retrouvent dans d’autres figures attribuées à l’artiste comme le Saint Jacques du Louvre. Cependant la sculpture du Getty est particulièrement remarquable par sa finesse : l’artiste a détaillé les dents du saint, les rides au coin des yeux, les mèches de cheveux. Il joue aussi sur les veines de l’albâtre. Des restes de polychromie sont visibles notamment sur les lèvres et les yeux.
Cette figure faisait partie probablement d’un retable aujourd’hui dispersé où les douze apôtres étaient réunis autour d’une scène centrale, la Crucifixion ou la Vierge et le Christ mort.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, jeudi 1er octobre 2015





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Nombreuses préemptions des musées français à la vente de la famille d’Orléans

Article suivant dans Brèves : Le Louvre lance une souscription pour L’Amour de Jacques Saly