Trois sculptures achetées par le Musée de l’Œuvre du Duomo de Florence


JPEG - 33.5 ko
Arnolfo di Cambio (vers 1245 -1302/1310)
Apôtre, vers 1296
Marbre - 118 x 38,5 cm
Florence, Museo dell’Opera del Duomo
Photo : Museo dell’Opera / Mehringer Benappi

28/1/15 - Acquisitionq - Florence, Museo dell’Opera del Duomo - Un apôtre et deux anges, sculptés dans le marbre au tournant du XIIIe et du XIVe siècle, ont été achetés par le Museo dell’Opera del Duomo, qui a rouvert ses portes en octobre 2015 après trois ans de travaux. Les statues, qui se trouvaient au XIXe siècle dans la collection du marquis Pietro Torrigiani, alors maire de Florence, étaient proposées par la galerie Mehringer Benappi, à la Biennale internationale des antiquaires de Florence, et ont été interdites de sortie de territoire. Outre la qualité de ces œuvres et la célébrité de leurs auteurs, leur origine renforce l’importance de leur acquisition puisqu’elles furent créées pour le Duomo.

L’apôtre tout d’abord est dû au talent d’Arnolfo di Cambio. Sculpteur et architecte, il fut l’élève de Nicola Pisano, l’aidant sur le chantier de la cathédrale de Sienne avant de partir pour Rome en 1277, où il travailla pour le roi Charles d’Anjou. Il fut ensuite chargé d’édifier la cathédrale de Florence à partir de 1296, réalisant par ailleurs un certain nombre de sculptures, la Vierge à l’Enfant par exemple. Comme Pisano, Arnolfo di Cambio nourrit un double intérêt pour l’Antique et pour le gothique parisien (voir l’article).
Cet apôtre - certains historiens croient reconnaître saint André - figurait dans la Dormition qui ornait le tympan droit de la façade du Duomo, ce qui explique sa posture légèrement penchée, puisqu’il se tenait devant le lit de la Vierge. La composition est reconstituée avec des copies, la figure de Marie étant conservée à Berlin. La façade fut en partie démolie en 1587 par l’architecte Bernardo Buontalenti à la demande du Grand-Duc François Ier de Médicis, et l’on ne conserve aujourd’hui que des fragments.


JPEG - 75.6 ko
Tino Di Camaino (1285-1337)
Ange, vers 1321
Marbre - 35 x 56,8cm
Florence, Museo dell’Opera del Duomo
hoto : Museo dell’Opera / Mehringer Benappi
JPEG - 81.2 ko
Tino Di Camaino (1285-1337)
Ange, vers 1321
Marbre - 36,5 x 57,5 cm
Florence, Museo dell’Opera del Duomo
hoto : Museo dell’Opera / Mehringer Benappi

Les deux autres statues récemment acquises sont des anges du Siennois Tino Di Camaino qui se forma quant à lui dans l’atelier de Giovanni Pisano. Ils volaient au-dessus du monument funéraire de l’évêque Antonio d’Orso, construit autour de 1321 dans la cathédrale et malmené au fil des siècles. On conserve encore l’étonnante statue de l’évêque présenté assis, les bras croisés, la tête tombant sur l’épaule et les yeux fermés : il semble assoupi.
Camaino réalisa plusieurs monuments funéraires dans diverses villes, notamment celui de l’empereur Henri VII en 1315. À Florence, il exécuta les tombeaux de Gastone della Torre (Santa Croce), de Felice Aliotti (Santa Maria Novella) en plus de celui d’Antonio d’Orso.


JPEG - 108.9 ko
Urbano Lucchesi (1844- 1906)
Saint Jude, vers 1883
Plâtre, H. 40 cm
Florence, Museo dell’Opera del Duomo
hoto : Museo dell’Opera / Mehringer Benappi

La galerie Mehringer Benappi, à l’occasion de ces acquisitions, a fait don au musée d’une superbe tête en plâtre de l’artiste Urbano Lucchesi en 1883, préparatoire à la statue de saint Jude qui orne aujourd’hui encore la façade XIXe de la cathédrale de Florence.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, jeudi 28 janvier 2016





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Deux dessins de Scheffer acquis par le Musée de la Vie Romantique

Article suivant dans Brèves : Le Champ du Sang, une commode de Gallé acquise par le Petit Palais