Publicité Annonce Tribune de l'Art souscription 2

Trois Scheffer pour le Musée de la Vie Romantique


JPEG - 251 ko
1. Ary Scheffer (1795-1848)
Le Larmoyeur
Huile sur toile - 153 x 164 cm
Paris, Musée de la Vie Romantique
Photo : SVV Thierry de Maigret
Voir l'image dans sa page

4/10/17 - Acquisitions - Paris, Musée de la Vie Romantique - Le Musée de la Vie Romantique, qui s’appelait jadis Musée Renan-Scheffer, installé dans la maison du peintre Ary Scheffer, possède d’importantes collections d’œuvres de cet artiste même s’il s’intéresse désormais à tout le romantisme français. En quelques jours, ce sont pas moins de trois œuvre de Scheffer qui ont pu être acquises aux enchères et auprès d’une galerie parisienne.

La première acquisition est une version d’une œuvre très connue de l’artiste, intitulée Le Larmoyeur (ill. 1), à qui le musée avait consacré toute une exposition en 1989 accompagnée d’un catalogue1. Scheffer peignit en effet plusieurs fois cette illustration d’un poème de Schiller montrant le comte Eberhard II devant le corps de son fils mort au combat, dans un style que le peintre voulut proche de Rembrandt. Une première version, fut peinte en 1832 et exposée au Salon de 1834 où elle fut acquise par Louis-Philippe pour le Musée du Luxembourg. Elle se dégrada très vite, du vivant même de Scheffer, en raison du bitume qu’il avait employé pour la peindre. Aujourd’hui conservée au Louvre, elle n’y est pas montrée.
Une réplique autographe, celle que vient d’acquérir le Musée de la Vie Romantique, de mêmes dimensions, fut exposée aux États-Unis en 1836 et acquise par un collectionneur américain qui la donna au Boston Athenaeum qui la vendit en 1980… Elle était entrée en 1987 dans la collection Jean Lafont et vendue le 22 septembre dernier par la SVV Thierry de Maigret où elle a été préemptée pour la somme de 18 000 € (23 400 € avec les frais).
Plusieurs esquisses de ce tableau sont connues, dont une est conservée au Musée Magnin. L’œuvre fut abondamment diffusée par la gravure, et en 1856 Ary Scheffer peignit une autre version, avec de nombreuses variantes, qui se trouve aujourd’hui au Musée Boumans van Beuningen de Rotterdam.


JPEG - 341.8 ko
2. Ary Scheffer (1795-1848)
Les Rois Mages
Huile sur toile - 34,5 x 24 cm
Paris, Musée de la Vie Romantique
Photo : F. Baulme Fine Arts
Voir l'image dans sa page
JPEG - 308.4 ko
3. Ary Scheffer (1795-1848)
L’Annonce aux bergers
Huile sur toile - 34,5 x 24 cm
Paris, Musée de la Vie Romantique
Photo : F. Baulme Fine Arts
Voir l'image dans sa page

Les deux autres tableaux acquis, des pendants (ill. 2 et 3), ont été achetés chez F. Baulme Fine Arts et étaient passés en vente l’année dernière à Stockholm. Ils représentent, l’un, les trois rois mages, l’autre, L’Annonce aux bergers. Il s’agit de versions réduites de deux peintures de plus grande taille dont l’une (L’Annonce aux bergers) avait été présentée en 1996 au Musée de la Vie Romantique dans une petite rétrospective Ary Scheffer. On remarquera pour ces deux œuvres le cadrage assez original employé par l’artiste qui montre les personnages à mi-corps, appelés les uns par l’étoile qui va les guider, les autres par un ange qui se trouve d’ailleurs hors de la surface de la toile et dont on ne voit que le halo de lumière. Ces deux tableaux valent à la fois par leur grande qualité, mais aussi par leur provenance : ils faisaient partie de la collection de l’oncle de Vincent Van Gogh2, ce dernier admirait d’ailleurs beaucoup les œuvres de son compatriote Scheffer, dont il parle souvent dans sa correspondance.


Didier Rykner, mercredi 4 octobre 2017


Notes

1Nous avons tiré de cette publication l’essentiel de nos informations.

2Nous remercions le lecteur qui nous a signalé l’erreur (il s’agit de l’oncle et pas de Van Gogh lui même) dans un aimable commentaire.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Le plan de la Ville et de la Métropole de Lyon pour démanteler le Musée des Tissus

Article suivant dans Brèves : Lyon fait échouer les négociations sur le Musée des Tissus et des Arts décoratifs