Trois portraits au pastel de Vouet, dont deux inédits, bientôt en vente chez Artcurial


3/2/18 - Marché de l’art - Paris - En 1685, dans ses Entretiens sur les vies et sur les ouvrages des plus excellents peintres anciens et modernes, Félibien écrivait à propos de Vouet, après son retour à Paris : « Bien qu’il s’occupast encore à d’autres ouvrages, il ne laissa pas d’employer un temps considérable à faire des portraits, parce que le Roi, prenant plaisir à le voir travailler, lui faisait faire ceux de plusieurs seigneurs de la Cour, et des officiers de sa Maison, lesquels il représentait au pastel. »
On ne connaissait que trois exemples de dessins de ce genre jusqu’à ce que Barbara Brejon de Lavergnée, spécialiste des dessins de Vouet, en publia plusieurs dans le Burlington Magazine en novembre 1982. Parmi ceux-ci se trouvait le portrait du poète Neufgermain, grand vieillard à la longue barbe blanche (ill. 1), qui était également le beau-père de Pierre Brébiette qui le représenta dans une gravure.


JPEG - 357.6 ko
1. Simon Vouet (1590-1649)
Portrait de Neuf Germain, poète
Pastel et pierre noire - 27,7 x 21 cm
Vente Artcurial, 21 mars 2018
Photo : Artcurial
Voir l'image dans sa page
JPEG - 375.5 ko
Simon Vouet (1590-1649)
Portrait d’un artiste
Pastel et pierre noire - 27,5 x 21 cm
Vente Artcurial, 21 mars 2018
Photo : Artcurial
Voir l'image dans sa page

Cette dernière feuille, et deux autres jusqu’à présent inédites (Barbara Brejon en avait eu connaissance mais n’avait pu obtenir les photos pour son article) vont être vendues chez Artcurial à Paris le 21 mars prochain. La deuxième est un portrait d’homme, probablement un peintre qui présente au spectateur un petit tableau avec une Vierge à l’enfant (ill. 2). Le troisième est encore beaucoup plus original puisqu’il s’agit d’un chien (ill. 3), dessiné à la pierre noire avec des rehauts de craie blanche et quelques touches de pastel, exécuté avec une extraordinaire dextérité, et laissant apparaître de large repentirs. Il est probable qu’il s’agisse d’un véritable portrait d’animal comme on en faisait parfois dès le XVIe siècle, pris sur le vif, plutôt qu’une étude pour un détail d’une peinture.


JPEG - 377.9 ko
3. Simon Vouet (1590-1649)
Portrait de chien
Pastel, craie blanche et pastel - 27,3 x 20,5 cm
Vente Artcurial, 21 mars 2018
Photo : Artcurial
Voir l'image dans sa page

Le Louvre avait acquis par dation, en 2007, trois portraits au pastel de Vouet dont seul celui d’Angélique Vouet, sa fille, peut être comparé par la qualité avec ces trois feuilles (voir la brève du 20/4/07). La même dation comprenait aussi un dessin d’une technique comparable, représentant René Potier duc de Tresme, réalisé par Louis XIII lui même qui avait reçu des leçons du peintre. Remarquons que si le roi appréciait beaucoup ces portraits de cour par Vouet, tous n’étaient pas destinés au roi puisque l’inventaire après décès mentionne dans son atelier deux livres reliés dans lesquels se trouvaient de nombreux portraits au pastel. Ceux-ci en proviennent très probablement.


Didier Rykner, samedi 3 février 2018





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Sept dessins offerts au Louvre sous réserve d’usufruit

Article suivant dans Brèves : Un nouveau musée d’art espagnol en Angleterre, à Bishop Auckland