Théâtres et cafés, peintures et décors à Lyon (1840-1930) Contenu abonnés


Villefranche-sur-Saône, Musée municipal Paul Dini, du 12 octobre 2014 au 8 février 2015

JPEG - 120.3 ko
1. Vue de l’exposition
Léon Comerre (1850-1916)
Pierrot jouant de la mandoline, 1884
Gap, Musée départemental des Hautes-Alpes
Jules Flandrin (1871-1947)
Le Gilles d’après Watteau, 1897
Corenc, mairie
Photo : bbsg

« Comme de longs échos qui de loin se confondent [...] Les parfums, les couleurs et les sons se répondent » au Musée Paul Dini qui tisse des liens entre la peinture et les arts du spectacle à Lyon entre 1840 et 1930. Les peintres se font eux-mêmes metteurs en scène : ils conçoivent des décors théâtraux et urbains, rendent compte de l’atmosphère des cafés et des cabarets.
L’exposition est séduisante pour plusieurs raisons : la première est inhérente au lieu, ce musée étant décidément très agréable à parcourir. Clair et vaste, il ménage des effets de perspective d’une salle à l’autre et l’on peut ainsi apercevoir les silhouettes graciles d’une ballerine et d’une danseuse de Léon Comerre entre les deux blancheurs mélancoliques de Pierrot et de Gilles, l’un peint par Comerre également dans un somptueux camaïeu satiné, l’autre repris de Watteau par Jules Flandrin (ill. 1).
La deuxième raison est la diversité des 240 œuvres réunies : peintures de chevalet, esquisses pour des décors et des costumes de théâtre (ill. 2), photographies, pastels, aquarelles, affiches, marionnettes... Enfin, la scénographie s’amuse à confronter les atmosphères : la tonalité galante et irisée d’une Fête nautique près d’un temple racontée par David Girin pour le décor d’un hôtel particulier lyonnais (ill. 3) contraste avec la sévérité du Concours d’éloquence sous Caligula à Lyon, étude de Jean-Joseph Weerts pour le décor de l’hémicycle des facultés de médecine, de pharmacie et des sciences de Lyon.

Cependant, quelques commentaires au début de chacune des sections n’auraient pas été de trop, d’autant que le catalogue ne comporte qu’un seul texte de présentation générale, précédant la liste des œuvres, reproduites sans notice. Mais les commissaires ont probablement fait ce…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Vu du front. Représenter la Grande Guerre

Article suivant dans Expositions : Gaston La Touche (1854-1913), les fantaisies d’un peintre de la Belle Époque