Tempêtes & Passions. Chefs-d’œuvre retrouvés du Grand Salon du Musée de Picardie Contenu abonnés


JPEG - 216.7 ko
1. Vue du Grand Salon du Musée de Picardie
après le réaccrochage
Photo : Didier Rykner

Le Musée de Picardie à Amiens, en attendant de futurs travaux qui devraient permettre son agrandissement et surtout la réouverture de son premier étage fermé depuis plusieurs années1, mène actuellement un remarquable travail sur ses tableaux de grand format du XIXe siècle, ce que certains appellent parfois avec un peu de condescendance des « grandes machines ».
Le devenir de beaucoup de ces œuvres monumentales, même lorsqu’elles datent des XVIIe et XVIIIe siècles, souvent trop grandes pour être exposées, roulées dans les réserves depuis parfois plusieurs décennies, dédaignées par certains historiens de l’art qui y voient le parangon de l’académisme, devrait constituer un vrai sujet de préoccupation, d’autant que le coût de leur restauration est à la mesure de leur taille. Beaucoup de musées donc, même parmi ceux qui souhaiteraient s’y intéresser, les délaissent2 faute de moyen ou de courage.

JPEG - 200.3 ko
2. Vue du Grand Salon du Musée de Picardie
après le réaccrochage
Photo : Didier Rykner

Le chantier entrepris par Amiens, dont Olivia Voisin nous avait parlé dans une émission de La Semaine de l’Art, mérite donc tous les éloges. Il est vrai que le Musée de Picardie a la chance de posséder un (très) Grand Salon conçu dès l’origine pour montrer ces formats. Les futurs travaux d’aménagement du premier étage devraient permettre d’y présenter les grandes toiles des XVIIe et XVIIIe siècles et de libérer entièrement l’espace pour le réserver à ceux du XIXe3. Beaucoup sont encore roulés, mais d’ores et déjà plusieurs ont été remis sur châssis, restaurés, ou sont en attente de restauration. Ce sont ces œuvres, dont certaines n’ont jamais été présentées depuis le XIXe siècle, qui viennent de retrouver les cimaises du Grand Salon dans le cadre d’une « exposition-dossier » de taille XXL (ill. 1 et 2).
Après le Lady Godiva de Jules Lefèvre (voir la brève du 16/6/13), on remarquera ainsi Un épisode…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : Les expositions-locations du Musée d’Orsay menacent les collections

Article suivant dans Musées : Interview de Jean-Luc Martinez (3) : Lens et Abu Dhabi