Tableaux pour le Trianon de marbre Contenu abonnés


Auteur : Antoine Schnapper, nouvelle édition mise à jour par Nicolas Milovanovic

Alors qu’Arthéna a réédité le Jean Jouvenet d’Antoine Schnapper1, la RMN avec la Société des Amis de Versailles publie une nouvelle édition d’un livre important de cet auteur, Tableaux pour le Trianon de marbre, actualisé par les soins de Nicolas Milovanovic.

L’entreprise doit être saluée car elle rend accessible une étude qui n’a jamais été remplacée. De plus, paru il y a plus de quarante ans, le livre original ne proposait que des illustrations en noir et blanc qui rendaient insuffisamment justice aux œuvres. Encore mal connue, la peinture française de la fin du XVIIe n’a, hors quelques artistes, pas fait l’objet de la même attention que celle de la première moitié du siècle. Si Jouvenet, grâce à Antoine Schnapper lui-même, Antoine Coypel, Nicolas Bertin et Charles de La Fosse ont trouvé leurs biographes, Michel II Corneille, Louis II de Boullogne, Bon Boullogne, François Verdier, René-Antoine Houasse, Noël Coypel même, c’est-à-dire la majorité des peintres de Trianon, attendent encore une monographie.


JPEG - 97 ko
1. René-Antoine Houasse (1645-1710)
Morphée et Iris
Huile sur toile - 206 x 152 cm
Versailles, Grand Trianon
Photo : RMN
Voir l'image dans sa page

L’ouvrage donne une occasion rare de voir dans un livre de bonnes reproductions en couleur de nombreuses œuvres de François Verdier et René-Antoine Houasse qui, de tous ces artistes, ont été jusqu’ici les plus moins étudiés.
Si le premier s’en sort avec les honneurs, méritant bien mieux que sa réputation due à ses innombrables dessins, parfois assez médiocres2, René-Antoine Houasse apparaîtra sans doute comme une redécouverte. Si Antoine Schnapper se montrait un peu dur pour ses qualités de dessinateur, il soulignait déjà « le charme recherché d’un coloris qui aime à jouer des gris, bleutés ou verdâtre ». C’est ce qui frappe en effet dans ses tableaux aux tons métalliques particulièrement subtils. Son chef-d’œuvre à cet égard, et peut-être l’un des tableaux les plus séduisants de Trianon, est son Morphée et Iris

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Ouvrages reçus en septembre 2010

Article suivant dans Publications : Figures de la réalité. Caravagesques français, Georges de La Tour, les frères Le Nain...