Tableaux français des XVIIe et XVIIIe siècles dans les ventes de juin Contenu abonnés


15/6/08 – Marché de l’Art – Paris et Marseille – La seconde moitié du mois de juin et le début juillet constituent l’un des deux moments forts des l’année concernant les ventes publiques de tableaux anciens, la seconde ayant lieu six mois plus tard, fin décembre - début janvier. Les catalogues se multiplient et proposent d’importants tableaux des XVIIe et XVIIIe français, certains se révélant des découvertes inédites.

JPEG - 16.8 ko
1. Pierre Puget (1620-1694)
La Sainte Famille au palmier
Huile sur toile - 217 x 148 cm
Vente Marseille, 21 juin 2008
Photo : Leclère
Voir l'image dans sa page

Le 21 juin prochain à Marseille, l’étude Damien Leclère mettra en vente la célèbre Sainte Famille au Palmier, en fait une halte pendant la fuite en Egypte, de Pierre Puget (ill. 1). L’auteur du Milon de Crotone n’est pas seulement un sculpteur exceptionnel. Comme Bernin, il a pratiqué tous les arts, en véritable artiste baroque. Son œuvre peint se réduit à moins de vingt numéros, la moitié étant conservés au musée de Marseille1. Cette Madone au palmier contraste évidemment avec tout ce qu’on connaît de rigueur et de classicisme dans l’art français du XVIIe siècle. En 1661, suite à la disgrâce de Fouquet, qui le bloque en Italie où il était allé choisir des marbres, Puget s’installa à Gènes jusqu’en 1669. Ce tableau que l’on date vers 1662 (peut-être au moment du passage à Toulon), montre une réelle connivence avec le style des peintres locaux tels Valerio Castello et Domenico Piola, et plus encore avec les Vierges majestueuses que Van Dyck y avait laissées. Puget choisit une gamme froide dont la musicalité et la mélancolie sont soulignées par la marine vespérale au second plan. On ignore la provenance antérieure à son achat en 1752 par Jean-Baptiste-Laurent Boyer de Fonscolombe, avocat et célèbre collectionneur. Depuis, le retable est resté dans la même famille (branche Saporta). Il faut espérer que ce chef-d’œuvre, qui a figuré dans plusieurs rétrospectives sur l’artiste, ne quittera…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Exposition des dessins de Charles-Louis Müller acquis par le Louvre

Article suivant dans Brèves : Un énarque bientôt nommé à la tête de Malmaison ?