Signac, une vie au fil de l’eau Contenu abonnés


Lausanne, Fondation de l’Hermitage, du 29 janvier au 22 mai 2016

JPEG - 174.3 ko
1. Paul Signac (1863-1935)
La Langouste du Réveillon, 1895
Plume, lavis d’encore de Chine,
crayon bleu - 31,5 x 24,5 cm
Collection particulière
Photo : Maurice Aeschimann

Un homme attablé, bedonnant, bien replet, réveillonne et s’apprête à bâfrer une superbe langouste offerte sur un plat, arrivée sur la table grâce à des pêcheurs sans visages embarqués au péril de leur vie sur un bateau ballotté par une mer déchaînée (ill. 1). Le dessin est de Paul Signac. Il avait les yeux perçants d’un coloriste, les idées noires d’un anarchiste, et fournit, on l’oublie souvent, des caricatures à la revue La Sociale.

L’exposition que la Fondation de l’Hermitage lui consacre a ceci d’intéressant qu’elle déploie les œuvres d’une seule collection privée suffisamment riche pour retracer toute la carrière du maître, évoquer tous les aspects de son art. L’ensemble n’est pas inédit, on a pu voir quelques prêts dans plusieurs expositions notamment « Signac les couleurs de l’eau » de 2013 (voir l’article ).
L’Hermitage, décidément, aime les collectionneurs privés et ils le lui rendent bien ; il faut dire que le lieu, ancienne demeure du XIXe siècle, offre un écrin idéal, aussi bien pour les dessins accumulés par Jean Bonna qui furent exposés en 2015, que pour les œuvres de Basquiat, Dubuffet, Soulages et quelques autres réunies par un amateur des XXe et XXIe siècles, qui seront présentées l’été prochain.

JPEG - 175.6 ko
2. Paul Signac Paul Signac (1863-1935)
Etude pour Soleil couchant sur la ville , 1892
Huile sur bois - 15,5 x 25 cm
Collection particulière
Photo : Maurice Aeschimann

Une collection particulière ne comprend pas forcément les toiles les plus célèbres d’un peintre, et c’est là son atout - surtout pour Signac qu’on a vu et revu : les œuvres choisies révèlent ici le travail du peintre. Ses études, exécutées à l’huile sur de petits panneaux de bois (ill. 2), séduisent par leur spontanéité, loin de la touche pointilliste, rigoureuse, appliquée, des peintures achevées. Parmi ses…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Figures de fantaisie du XVIe au XVIIIe siècle

Article suivant dans Expositions : Andrea Schiavone entre Parmiginanino, Tintoretto et Tiziano