Sans fleurs ni couronnes Contenu abonnés


JPEG - 120.7 ko
Hôtel de Soubise
Archives Nationales
Façade sur la cour d’Honneur
Photo : Didier Rykner

L’enterrement du projet de la Maison de l’Histoire de France, annoncé sur France-Inter par Aurélie Filippetti et confirmé par elle aujourd’hui au Monde, n’est évidemment pas une surprise. Ce qui est peut-être plus étonnant, c’est l’absence presque complète de réactions hostiles à cette décision. A vrai dire, peu de gens la regretteront, et nous pas davantage. Dès l’annonce de la création de cet établissement, nous nous étions interrogé sur sa nécessité. Nous avions également signalé le caractère ridicule et fumeux de l’avant-projet rédigé par Jean-Paul Rioux. En revanche, nous avions d’abord salué le choix d’installer cette « maison » dans les bâtiments des Archives Nationales qui avait été…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Les mesures fiscales de François Hollande : une menace mortelle pour le patrimoine historique

Article suivant dans Éditorial : Budget : le gros mensonge de François Hollande