Sang d’encre. Théophile Bra 1797-1863. Un illuminé romantique Contenu abonnés


Paris, Musée de la Vie Romantique. Du 7 février au 10 juin 2007.

JPEG - 139.9 ko
1. Théophile Bra (1797-1863)
La configuration humaine
Encre brune métallogallique - 25,5 x 20,5 cm
Douai, Musée de la Chartreuse
Photo : Paris-Musées / Karin Maucotel
Voir l'image dans sa page

Curieuse personnalité que celle de Théophile Bra. Parallèlement à une carrière de sculpteur officiel auquel il ne manquera qu’un Prix de Rome (il renoncera à concourir après deux échecs) et une élection à l’Académie des Beaux-Arts qui lui tendait pourtant les bras, à la place de son maître Stouf, il est l’auteur d’un nombre considérable de dessins extravagants qu’il réalisait lors de crises qu’on peine à qualifier. L’artiste était-il fou, mystique, illuminé ou tout cela à la fois ? Les savants essais de Jacques de Caso et de Daniel Marchesseau, dans le catalogue, ne jugent pas mais tentent l’exégèse d’un œuvre dont on se contentera, pour notre part, de constater l’étrangeté. Toutes ces feuilles sont conservées au musée de Douai auquel Bra les légua. Inconnues de la majorité de ses contemporains, elles ne furent révélées qu’il y a quelques années et n’ont donc pu exercer aucune influence sur l’art du XXe siècle, malgré les apparentements évidents avec l’abstraction (ill. 1) et le surréalisme. S’ils font penser aussi à Füssli ou Blake, ces dessins sont en réalité inclassables, issus d’un esprit dérangé mais lucide, qui jetait sur le monde un regard autre. Sous l’influence du somnambulisme et du magnétisme, ils sont le fruit d’un siècle dont il ne faut pas négliger le goût pour l’ésotérisme (il n’est que de rappeler les séances de spiritisme de Victor Hugo).


JPEG - 55.8 ko
2. Théophile Bra (1797-1863)
Ô néant où verrait-on l’unité et comment !...
Encre brune métallogallique - 31 x 20 cm
Douai, Musée de la Chartreuse
Photo : Paris-Musées / Karin Maucotel
Voir l'image dans sa page
JPEG - 90.1 ko
3. Théophile Bra (1797-1863)
Voilà celui qui combat vaillamment
Encre brune métallogallique - 24 x 18 cm
Douai, Musée de la Chartreuse
Photo : Paris-Musées / Karin Maucotel
Voir l'image dans sa page

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : La Collection Chennevières. Quatre siècles de dessins français

Article suivant dans Expositions : Jules Bastien-Lepage (1848-1884)