Salon du dessin 2008 Contenu abonnés


Paris, Palais de la Bourse. Du mercredi 9 au lundi 14 avril 2008.

JPEG - 74.6 ko
1. Ecole romaine du XVIIe siècle
Mercure et Argus
Plume et lavis d’encre brune - 21 x 25,9 cm
Londres, Flavia Ormond Fine Arts

Le Salon du Dessin, malgré de nombreuses sollicitations extérieures, a choisi de rester dans le Palais de la Bourse. Il a eu raison tant le cadre à la fois grandiose et intime lui convient. Cette année, cinq galeries supplémentaires se sont jointes aux autres. L’ensemble forme, comme à son habitude, une réunion inégalée d’œuvres graphiques même si tous les stands ne sont pas d’un intérêt comparable. On parle souvent de la place de Paris dans le marché de l’art ancien pour déplorer son rang inférieur à ceux de Londres ou à New York. Il est donc paradoxal mais réjouissant de constater que les galeries françaises s’en sortent - au moins cette année - beaucoup mieux que les invités étrangers.

Comme à notre habitude, nous ne chercherons pas ici à être exhaustif et à présenter un panorama complet de ce salon. Ceux qui le souhaitent - et nous le leur recommandons - ont jusqu’à dimanche prochain pour le visiter et se faire leur propre idée. On se contentera de grapiller ici ou là certaines feuilles qui nous ont particulièrement plu, pas forcément les plus chères ou les plus spectaculaires, ces dernières étant d’ailleurs moins fréquentes que l’an dernier ou l’on se rappelle du grand Ulysse et Nausicaa de Jordaens chez Jean-Luc Baroni. On commencera par le « stand des anonymes », une nouveauté amusante mise en œuvre sur une idée de Pierre Rosenberg : des dessins sans paternité y sont livrés à la curiosité et à la sagacité des visiteurs. Les marchands s’étant prêté à ce jeu ont choisi des feuilles de grande qualité dont l’anonymat ne devrait pas, pour certaines, résister à cette semaine. Les prix sont tous affichés et pour la plupart ne sont pas modiques. La prime à l’attribution ne sera pas forcément énorme pour les acheteurs. Sauf sans doute pour celui qui, dès les premières heures de l’inauguration, a eu le flair d’acquérir un Projet de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Question de style, dessins XVII … XIXe siècle

Article suivant dans Expositions : L’Âge d’or du romantisme Allemand. Aquarelles et dessins à l’époque de Goethe