Saint Louis Contenu abonnés


Paris, Conciergerie, du 8 octobre 2014 au 11 janvier 2015.

JPEG - 241.2 ko
1. Alphonse Osbert (1857-1939)
La Mort de saint Louis, 1900
Huile sur toile - 48 x 81 cm
Paris, Musée d’Orsay
Photo : RMN-Musée d’Orsay

Une exposition avec des œuvres en rapport avec son thème. Une exposition avec un vrai catalogue, riche d’essais passionnants et de notices détaillées. Une exposition didactique et claire. Une exposition qui montre des chefs-d’œuvres redécouverts et restaurés pour l’occasion, à côté d’autres plus célèbres mais qu’on a toujours plaisir à voir. Une exposition où le multi-média est présent sans être envahissant et sert de complément à la visite sans chercher à remplacer les œuvres. Bref, une excellente exposition, cela existe finalement assez souvent comme la lecture de nos critiques le démontre. Et toutes ces qualités sont celles de la très belle exposition « Saint Louis » organisée par le CMN à la Conciergerie, sous la direction de Pierre-Yves Le Pogam.

Le parcours est d’abord rétrospectif puisque l’on commence avec la vision que le XIXe siècle porta sur Louis IX. Ce début est surprenant puisqu’on y découvre plusieurs paysages d’Alphonse Osbert, vierges de tous personnages. Il s’agit d’esquisses préparatoires à une vie de Saint Louis, spectacle de cabaret avorté dont le peintre prépara les décors sans les terminer. La Mort de Saint Louis (ill. 1) est ainsi représentée par une plage de Tunis d’où émerge sur le côté le pied d’une tente.

JPEG - 60.2 ko
2. Sébastien Cornu (1804-1870)
Saint Louis, vers 1860
Huile sur toile - 205 x 88 cm
Paris, Musée du Louvre
(non exposé à la Conciergerie)
Photo : RMN-GP/H. Lewandowski

Plusieurs tableaux du XIXe siècle illustrent la légende dorée du roi : la plupart, exceptés ceux de Fleury Richard et François-Marius Granet, sont dus à des peintres peu connus ce qui accentue l’aspect découverte de cette section. S’il est appréciable que certaines œuvres soient cataloguées sans qu’elles aient pu être exposées (le catalogue reflète donc l’exposition idéale si tous les prêts avaient été possible), il est fort…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Jean Laronze (1852-1937). Rives et rivages

Article suivant dans Expositions : Les Borgia et leur temps. De Léonard de Vinci à Michel-Ange