Rubens. A master in the making Contenu abonnés


Londres, National Gallery. Exposition terminée le 15 janvier 2006.

JPEG - 35.5 ko
1. Pierre-Paul Rubens (1577-1640)
La Mise au tombeau, 1615-1617
Huile sur panneau - 83,1 x 65,1cm
Londres, Courtauld Institute of Art Gallery
Photo : Courtauld Institute of Art Gallery
Voir l'image dans sa page

Alors que Caravage y était encore actif, Rubens vint plusieurs fois à Rome dès juillet 1601. Après les dernières années du peintre lombard, la National Gallery expose les premières du flamand. On ne sait s’ils se rencontrèrent1, mais l’influence du premier sur le second est évidente (ill. 1), même si Rubens ne fut jamais un peintre caravagesque. Les deux présentations sont pourtant bien différentes dans leur approche. Par la force des choses, la rétrospective Caravage montrait peu de toiles. Ici, conformément au tempérament du peintre flamand, c’est l’abondance qui domine : un accrochage plus resserré, davantage d’œuvres (dont des dessins). On en ressort avec une impression moins claire, mais avec le sentiment d’avoir rencontré, comme le promettait le titre, un « maître en devenir ».

On comprend comment Rubens, en Italie, sera marqué par un nombre considérable d’artistes. De Tintoret et Titien à Michel-Ange et Raphaël, d’Elsheimer à Annibal Carracci, peu de peintres sauront, comme lui, assimiler autant de manières différentes pour en tirer un style, non seulement bien reconnaissable et entièrement personnel, mais aussi très novateur, qui définira pour un siècle la peinture flamande et fécondera l’art européen.


JPEG - 60.2 ko
2. Pierre-Paul Rubens (1577-1640) et Jan Brueghel de Velours
La Bataille des Amazones, vers 1598
Huile sur panneau - 97 x 124 cm
Potsdam, Château de Sanssouci
Photo : Stiftung Preussische Schlösser und Gärten
Voir l'image dans sa page

Le parcours commence par les tableaux antérieurs au départ pour l’Italie. Comme l’écrivent David Jaffé et Mina Moore Ede dans le premier essai introductif du catalogue, on ne peut encore prédire que Rubens deviendra une des figures dominantes de la scène picturale européenne. Ses premières œuvres connues sont…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Maîtres romantiques. Artistes néerlandais 1800-1850

Article suivant dans Expositions : Le Symbolisme russe. La Rose bleue