Rodin. Les arts décoratifs Contenu abonnés


Evian-les-Bains, Palais Lumière, du 13 juin au 20 septembre 2009.

Paris, Musée Rodin, d’avril à août 2010, sous le titre : Corps et décors : Rodin et les arts décoratifs

JPEG - 16.5 ko
1. D’après Auguste Rodin (1840-1917)
Manufacture de Sèvres
Buste d’Albert Carrier-Belleuse
Biscuit - 35,4 x 23,8 x 15,7 cm
Paris, Musée Rodin
Photo : RMN

Particulièrement ambitieuse et novatrice, la rétrospective du Palais Lumière fera date. Elle réussit en effet l’exploit d’aborder un sujet très étudié, Rodin, sous une facette curieusement négligée jusqu’ici : ses rapports avec les arts décoratifs. Le titre peut d’ailleurs induire en erreur : il n’est pas question ici que d’objets d’art. A la fin du XIXe siècle, la définition de l’art décoratif faisait débat. Pour Roger Marx comme pour d’autres critiques, elle englobe toutes les œuvres d’art « affectées à une destination prévue » c’est-à-dire, comme l’explique Catherine Meneux dans un des essais du catalogue, les « projets monumentaux », les objets d’art et les « sculptures conçues en vue d’un usage domestique ». L’exposition et son excellent catalogue se penchent donc sur les sculptures ornementales de Rodin, qui vont du petit au monumental lorsqu’il s’agit d’examiner sa contribution à des décors architecturaux.

Rodin, au fond, était sans doute destiné à travailler dans ce domaine. Peu de sculpteurs se sont, comme lui, entourés aussi régulièrement de praticiens. Une sculpture de Rodin est presque toujours un travail de collaboration. Souvent multiple, l’objet d’art est rarement dû à un seul artiste, de même que l’architecte est la plupart du temps distinct du statuaire ou du céramiste qui orne ses façades.
Les débuts de Rodin furent longs, si l’on y songe. On veut voir en lui le père du modernisme en sculpture, ce qu’il fut, assurément, mais pas avant d’avoir atteint la quarantaine, c’est-à-dire les années 1880. Auparavant, il collabora avec des artistes plus traditionnels et ne rompit d’ailleurs jamais complètement avec eux.
Le début de l’exposition se penche sur ainsi sur la figure de Carrier-Belleuse, avec qui Rodin travailla. Artiste abondant, Carrier-Belleuse (ill. 1) sculptait dans un style…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Villa Aperta

Article suivant dans Expositions : Carlo Sarrabezolles. De l’esquisse au colossal