Retour sur le Saint Sébastien de Léonard de Vinci


JPEG - 109.9 ko
Léonard de Vinci (1452-1519)
Saint Sébastien
Plume, encre brune - 19 x 12,7 cm
France, collection particulière
Classé trésor national
Photo : SVV Tajan
Voir l'image dans sa page

Comme nous l’avions annoncé dès le 15 décembre (voir le P. S. de notre brève du 15/12/16), le dessin de Léonard de Vinci découvert par la SVV Tajan et identifié par Patrick de Bayser a été classé trésor national (une information reçue officiellement par l’étude le 28 décembre dernier). Cette œuvre était présentée à la presse ce matin, et nous pouvions ainsi le découvrir pour la première fois autrement que sur photo.

Pour une fois, l’annonce de la réapparition d’un Léonard de Vinci est exacte - le dessin est absolument authentique. Ajoutons que d’avoir pu le contempler en direct nous a convaincu que nous étions un peu sévère en affirmant qu’il s’agissait d’une « œuvre mineure » pour Léonard. Il s’agit certainement d’une feuille de belle qualité et apportant des informations nouvelles sur la manière dont l’artiste avait réfléchi à un tableau sur le thème de Saint Sébastien (dont on ne sait pas s’il a jamais été réalisé). En revanche, nous persistons à penser qu’il est quelque peu absurde, dans la situation actuelle, de vouloir acquérir ce dessin pour le Louvre, alors que ceux de Léonard ne manquent pas dans les musées français (outre le Louvre, le Musée Condé et le Musée Bonnat en conservent).
On se demande en effet comment le Louvre et le ministère de la Culture peuvent justifier l’achat d’un dessin pour 15 millions d’euros quand ils sont incapables de retenir en France des œuvres majeures du patrimoine qui sortent du pays parfois sans même s’être vu refuser temporairement leur certificat d’exportation. Sans compter les trésors nationaux dont l’acquisition serait plus significative et moins chère que ce Léonard et qui n’ont pas été achetés (nous pensons notamment au tableau de Caspar David Friedrich, autrement essentiel pour les musées français, et que le Louvre a laissé partir pour moins de la moitié du prix de ce dessin - voir cet article).

Dans un monde idéal, le classement « trésor national » et l’achat de ce dessin par le Louvre se justifieraient. Mais on a réellement l’impression qu’ici seul compte le nom mythique de Léonard de Vinci et que le ministère aimerait bien faire oublier ainsi ses errements. Comme si acheter ce dessin devait effacer l’impéritie actuelle… Certains prétendent qu’il est bien plus facile de trouver un mécène pour un dessin de Léonard que pour des œuvres d’artistes moins connus. Explication irrecevable : « C’est trop difficile » ou « c’est facile » ne sont pas des arguments dignes d’une politique qui devrait se donner des ambitions plus nobles. Ajoutons que pour le marché de l’art français, la vente d’un dessin de ce niveau serait une excellente chose en prouvant qu’il est possible de proposer en France des trésors majeurs de l’histoire de l’art sans avoir besoin de les mettre aux enchères à Londres ou à New York. Tout cela aurait plaidé pour une décision inverse de celle prise par le ministère de la Culture.


Didier Rykner, mardi 10 janvier 2017





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Taisez-vous. Ou agissez !

Article suivant dans Éditorial : Le mur murant Paris rend Paris murmurant