Réponse d’Olivier Poisson aux derniers arguments d’Anne Vuillemard et de Didier Rykner Contenu abonnés


Quelques mots en réponse à Anne Vuillemard et Didier Rykner m’apparaissent nécessaires.
D’abord, sur les intentions et la portée de ce débat : il est légitime qu’il ait lieu, mais sur des bases sereines, sans amalgame ni procès d’intention. Je n’ai jamais été courroucé, mais j’ai réagi comme tout professionnel le ferait en voyant son métier accusé publiquement de façon péremptoire et qui plus est, fausse, au moins sur la forme, comme je l’ai expliqué. Didier Rykner se défend d’ailleurs d’attaquer le Service des MH dans son ensemble, mais il utilise aussitôt, parlant des architectes en chef le vocabulaire des affaires louches et des pots-de-vin : tous les architectes du monde sont payés par honoraires, mais on ne dirait jamais de Jean Nouvel qu’il « touche un pourcentage » sur le…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Courrier : Courrier de Bertrand Ducourau à propos du débat sur la restauration des Monuments Historiques

Article suivant dans Courrier : Courrier de Roland Recht répondant à Olivier Poisson (débat sur la restauration des monuments historiques)