Réouverture du Musée des Beaux-Arts d’Angers Contenu abonnés


JPEG - 27.5 ko
1. Vue du Musée des Beaux-Arts
d’Angers restauré (logis Barrault)
Voir l'image dans sa page

A peine troublé par quelques manifestations d’intermittents du spectacle, le ministre de la Culture Renaud Donnedieu de Vabres a inauguré la réouverture du Musée d’Angers (ill. 1 et 2), fermé depuis 1998 pour restauration et agrandissement.

Quelques chiffres qui témoignent de l’importance du projet : la superficie est passée de 3000 à 7000 m2 (dont seulement 3000 cependant sont consacrés aux surfaces d’exposition) et 33 millions d’euros environ ont été consacrés aux travaux, dont 18 par la ville, 9 par l’Etat, 4,5 par le Conseil régional et 1,1 par le Conseil général. L’ensemble des bâtiments a été restauré, des réserves ont été construites et, en sous-sol, un espace dédié aux expositions temporaires (550 m2) et un auditorium ont étés créés.

JPEG - 29.1 ko
2. Salle des primitifs italiens
Musée des Beaux-Arts d’Angers
Voir l'image dans sa page

Deux architectes ont été chargés du chantier : Gabor Mester de Parajd, architecte en chef des monuments historiques, pour les parties classées, Antoine Stinco pour l’aménagement muséographique et les constructions nouvelles. Il faut distinguer le travail des deux hommes, même s’ils ont étroitement collaboré.

Le monument a été nettoyé. La pierre (du tuffeau) apparaît un peu trop propre, un peu trop nette, mais le nombre de pierres changées a été, heureusement, très limité. Gabor Mester de Parajd nous a confirmé être minimaliste dans ses interventions, et toujours privilégier les éléments d’origine. On ne peut que se féliciter d’une telle doctrine, hélas pas toujours partagée par ses collègues. Il est cependant paradoxal d’espérer que le temps patine à nouveau la pierre, afin que cet aspect neuf, peu agréable à l’œil pour des bâtiments anciens, disparaisse.

JPEG - 32.3 ko
3. Réserves du Musée des Beaux-Arts d’Angers
(cour du logis Barrault)
Voir l'image dans sa page

L’intervention la plus radicale est due à Antoine Stinco, qui a fermé la cour du…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : L’INHA, nouvelle étape

Article suivant dans Musées : Le Musée Fabre en chantier