Réouverture du musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq : regard sur les collections


JPEG - 127.6 ko
1. Maquette du château de l’Isle-Adam avant la Révolution.
Réalisée en 2000
L’Isle-Adam, Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq
Photo : Amand Berteigne

21/3/16 - Musée - L’Isle-Adam, Musée d’Art et d’Histoire Louis Senlecq - Beaucoup de musées au-delà du périphérique parisien sont boudés par certains visiteurs qui les situent dans des contrées lointaines et inaccessibles ; il suffit pourtant de prendre le train régional voire le RER. C’est le cas du Musée de Meudon qui présente en avril une exposition de paysages « La belle boucle de la Seine. 1800-1930 », il en va de même pour le Musée Tavet-Delacour à Pontoise installé dans un hôtel particulier de la fin du XVe, c’est enfin le cas du Musée d’Art et d’Histoire de L’Isle-Adam, dirigé par Caroline Oliveira, qui a rouvert ses portes en janvier après quelques mois de travaux. Il propose un nouveau parcours qui a le mérite de mettre en valeur les collections permanentes en lien avec l’histoire de la ville. L’accrochage devrait changer régulièrement afin de faire tourner les œuvres des réserves.

Au rez-de chaussée, une salle consacrée aux princes de Conti rappelle le rôle que ceux-ci jouèrent dans l’aménagement de la ville et de la forêt. Louis-François-Joseph de Bourbon Conti (1734-1814) chargea en outre l’architecte Jean-Baptiste André de rénover le château reconstruit à plusieurs reprises au fil des siècles. Une maquette réalisée en l’an 2000 donne une idée de cet édifice (ill. 1) qui fut détruit entre 1810 et 1813. Autour de la maquette sont présentés des portraits, notamment un buste du Prince de Conti d’après Pierre Mérard, ainsi que des gravures dont une coupe architecturale d’André.

JPEG - 77.4 ko
2. Joseph Marie Le Guluche (1849-1915)
Vase aux sirènes et tritons, vers 1890-1908
Terre cuite patinée et métal - 50 x 20 x 30 cm
L’Isle-Adam, Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq
Photo : Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq

Une autre section évoque un aspect plus populaire de la production artistique locale : les manufacture de terres cuites à L’Isle-Adam au XIXe siècle, plus particulièrement celle de Mauger et Letu. Parmi les modeleurs qui collaborèrent, l’un d’eux se distingue et pas seulement par son nom : Joseph Le Guluche (1849-1915) qui fournit des centaines de modèles de figurines sur des thèmes divers, la mer - pêcheurs dans la tourmente ou femmes de marin guettant l’horizon -, le monde paysan ou encore la vie quotidienne dans les familles. Il se laissa tenter par l’orientalisme, incarné ici par un joli buste de femme noire, et le style Art nouveau, illustré par un vase aux sirènes et tritons (ill. 2). Il s’agit de sculptures d’éditions, mais toutes sont reprises à la main, leur hauteur variant de 20 centimètres à un mètre. Une exposition et son catalogue analysent cette production1.

La salle suivante déploie des paysages de Jules Dupré qui loua un atelier à l’Isle-Adam dès 1845 et finit par acheter une maison en 1872. Son ami Théodore Rousseau vint lui rendre visite, comme en témoigne un tableau du Musée d’Orsay, avant leur brouille causée par Légion d’Honneur reçue par l’un et non par l’autre. L’un des chefs-d’œuvre de la collection est sans doute la vue de Southampton que Dupré peignit assez tôt vers 1835 (ill. 3) et qui avait été acquise en 2011 (voir la brève du 18/7/11) ; elle est exposée face à une très belle marine, un aspect moins connu de sa production sur lequel s’arrêtait une exposition en 20142. Deux collectionneurs ont par ailleurs déposé leurs œuvres de Dupré au musée.


JPEG - 150 ko
3. Jules Dupré (1811-1889)
Environs de Southampton, 1835
Huile sur toile
L’Isle-Adame, Musée d’Art et d’Histoire Louis Senlecq
Photo : Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq
JPEG - 145.9 ko
4. Jules-Romain Joyant (1803-1854)
Venise, la Piazetta
Plume et lavis d’encre brune sur papier
L’Isle-Adam, Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq
Photo : Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq

Les pièces de l’étage accueilleront une exposition temporaire annuelle, en alternance avec un accrochage renouvelé des collections permanentes. On peut y voir pour le moment des œuvres du musée, qui conserve un fonds important de Jules Romain Joyant, surnommé « le Canaletto français » par Théophile Gautier, alors que Baudelaire reprochait à ses créations leurs « désespérantes perfections ». Joyant pratiqua l’aquarelle sur les conseils de Bonington et se rendit en Italie dès 1829. Il déclina les vues de Venise (ill. 4), de Rome aussi, utilisant la camera lucida. Une peinture du Campo Vaccino, bien qu’elle reste inachevée, reprend la même composition qu’un tableau conservé au musée de Dijon. Quel est donc le lien de l’artiste avec L’Isle-Adam ? Ses descendants. Ils habitent la ville et ont fait don au musée de 150 dessins, aquarelles et peintures, qu’on avait pu voir notamment dans une exposition en 20033.

JPEG - 106.8 ko
5. Maurice de Vlaminck (1876-1958)
Nesles la Vallé, maisons rustiques, 1925
Aquatinte
L’Isle-Adam, Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq
Photo : Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq

De Joyant on passe à Willette, et son œuvre phare Passage de Vénus devant le soleil également intitulée L’Adieu au XIXe siècle, acquise en 2014 (voir la brève du 4/4/14 ; la même année, le musée consacrait une exposition à l’artiste (voir l’article). Toute une salle est ensuite réservée non pas aux photographies, malheureusement, de Jacques Henri Lartigue, mais à ses peintures, très variées, pas toujours convaincantes, dont le musée possède un ensemble conséquent donné par l’artiste et par sa femme ; certaines ont en outre été déposées par la Fondation de France.

Enfin, la dernier salle du parcours est consacrée à l’estampe aux XXe et XXIe siècles. Une vitrine évoque judicieusement les différentes techniques, eau-forte, aquatinte, lithographie. Un Noyer à Champagne d’ Albert Demangeon retient le regard, et puis quatre feuilles de Valminck acquises en 2012 et jamais montrées (ill. 5) : deux aquatintes et deux lithographies, représentant L’Oise à Cergy en 1924 et Nesles-la-Vallée en 1925 sont présentées à côté d’une peinture, Maison sous la neige donnée à Louis Senlecq par Vlaminck lui-même.

Attention, l’accrochage actuel n’est visible que jusqu’au 10 avril prochain. L’étage accueillera ensuite une exposition temporaire consacrée à l’artiste contemporain Claude Viseux. Puis du 23 octobre 2016 au 12 mars 2017 les conservateurs proposeront un nouveau « Regard sur les Collections »..

Informations pratiques : « Regard sur les Collections Réouverture du musée » du 24 janvier 2016 au dimanche 10 avril 2016. Musée Louis-Senlecq, 31 Grande Rue, 95290 L’Isle-Adam. Tél : 01 74 56 11 23. Ouvert du mercredi au dimanche de 14 h à 18 h. Plein tarif : 4,00 € (réduit : 3,20 €).
S’y rendre en train : Gare du Nord : direction Persan-Beaumont par Valmondois (ligne H)
Arrêt gare de L’Isle-Adam-Parmain
Le musée est en centre ville à 7 minutes à pieds


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, lundi 21 mars 2016


Notes

1Sous la direction d’Anne-Laure Sol, Catherine Chevillot et Stéphane Richemont, Joseph Le Guluche 1849-1915 et les terres cuites de L’Isle-Adam, Somogy 2008. Exposition présentée au musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq, L’Isle-Adam, du 6 avril au 21 septembre 2008.

2« La mer, toujours recommencée. Marines de Jules Dupré (1811-1889) », au Musée Louis-Senlecq de L’Isle-Adam du 24 novembre 2013 au 13 avril 2014

3« Sur la route de Venise, Jules-Romain Joyant (1803-1854) », au Musée Louis-Senlecq de L’Isle-Adam, du 6 avril au 28 septembre 2003.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un anti-Guernica de José María Sert pour Madrid

Article suivant dans Brèves : Une peinture mexicaine pour Richmond